Les rameaux d’Alternatiba

par Pierre Penin

ENVIRONNEMENT Le village des alternatives aura des jumeaux nombreux   

Le 6 octobre dernier, plus de 10 000 personnes parcourraient les rues du << village des alternatives >> : Alternatiba. Par cette initiative, l’association écologiste et sociale Bizi ! allait au delà de la simple alerte sur l’urgence climatique. Elle montrait, de façon pragmatique, les possibilités d’actions individuelles, collectives voire institutionnelles, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. << Créons 10, 100, 1 000 Alternatiba >> invitaient les organisateurs, en fin de manifestation. Moins de six mois après l’événement bayonnais, 23 sont en gestation. << On voulait faire un travail volontariste, pour qu’Alternatiba ne soit pas une fin, mais une dynamique la plus large possible >>, expose Jean-Noël << Txetx >> Etcheverry. Le militant a eu la bonne surprise de se voir exaucé plus vite et plus fort qu’escompté. << On a découvert que des initiatives se développaient sans notre intervention. >>

Même Juppé…

Des groupes locaux Alternatiba se forment en Gironde, en Lot-et-Garonne, en Ile-de-France, en Loire- Atlantique, dans les Bouches-du- Rhône, en Haute-Garonne, dans le Nord… << À Bordeaux, déjà 70 associations et collectifs ont monté un groupe organisateur. Ce sera un gros Alternatiba, au mois d’octobre. >> Même Alain Juppé, certes en campagne électorale pour sa réélection à la mairie, a d’un << tweet >> salué l’initiative. Txetx Etcheverry recense des contacts en Autriche, en Estonie, en Belgique, Suisse, Italie et Espagne. Une vingtaine d’autres Alternatiba se préparent, de tailles différentes. Mais tous inspirés du modèle bayonnais où experts de haut vol avaient alimenté le débat dans une sorte d’université à ciel ouvert. Où associations environnementales et institutions ont partagé leurs expériences.

Cop 21 en vue

Bizi ! a édité un << kit méthodologique >> d’une quarantaine de pages, pour organiser << un Alternatiba dans sa ville, son canton, son territoire >>. Sans oublier de copieuses annexes (plus de 90 pages). << On a une grosse équipe qui tourne partout en France et en Europe pour aider à la mise en oeuvre des futurs Alternatiba. >> Des escouades opérationnelles liées à la Coordination des Alternatiba. << Nous l’avons créée à Nantes, le 22 février. Elle compte 90 personnes qui représentent 37 territoires. >> Sa vocation est européenne, vers les << 100, 1 000 Alternatiba >>.

Les futurs villages des alternatives seront la part visible du travail. Deux ans de préparation à Bayonne décrivent un chemin que d’autres emprunteront. Cette construction, quasi quotidienne, est aussi celle d’un militantisme régénéré. << Faire émerger une nouvelle génération de militants à l’heure où se joue l’avenir de la planète : c’est un objectif et une nécessité. On l’a vu avec l’écotaxe, nous sommes trop faibles dans le rapport de forces. >> Bizi ! et les siens ne croient pas à l’activisme du jour << J >> qui détourne l’attention plus qu’il ne la capte. Ils ne croient pas au << groupusculisme >>. Avec les rameaux d’Alternatiba, avec l’unité des mouvements environnementaux, ils ambitionnent d’imposer un fait majoritaire. L’alternative mais pas la marge. Et cela au plus vite. Car 2015 et la conférence climatique internationale de Paris (Cop 21) est leur objectif. Bizi ! et les défenseurs de la planète ont vu de près l’échec de Copenhague, où les grandes puissances se sont empressées de prendre un temps que nous n’avons plus. La << société civile >>, les associations, ONG, syndicats… veulent du concret, à Paris.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.