En Catalogne, “Biens communs et terres communes”

En juillet 2014 se déroulait à Garrotxa une réunion de la CIC  (Coopérative Intégrale Catalane) sur le thème des terres en biens communs.

Voici une traduction très approximative des sujets abordés, mais qui donne une idée des réflexions et actions en cours allant dans le même sens.
Ces actions montrent que d’autres voies sont possibles, en dehors des marchés et de l’Etat.

(lire l’article orignal en catalan : http://cooperativa.cat/25-27-de-juliol-terra-territori-i-comunal-a-les-jjaa-a-la-garrotxa/)

-> Voir aussi Fair.Coop : coopérative terrienne pour l’équité économique, une autre initiative dont la CIC fait partie

1 (vendredi soir) L’auto-défense du territoire,

c’est à dire à partir de l’auto-organisation des pairs, exercer le droit légitime de protéger et de défendre notre terre et notre terre. Comment garantir le développement vital, harmonieuse et solidaire dans l’environnement naturel et de nos communautés humaines contre les agents destructeurs de l’Etat et le marché, qui ne recherchent une rentabilité maximale, le bénéfice, le contrôle et le monopole par la l’exploitation de la terre et les êtres humains.

 

2 (samedi matin) Où allons-nous? Le terrain communal et au bien commun.

L’horizon est une partie importante de la voie et c’est pourquoi nous devons approfondir la récupération des terres et des territoires pour le bien commun. Organiser soi-même est la seule façon de faire retomber sur nous pour les soins directs pour, maintenir et améliorer la terre, à échelle humaine, sans intermédiaires (entreprises, partis ou des parlements).

Récupérer troisième point des bases de l’appel pour terminer la révolution: “Qu’est-ce que le domaine public commun»: http://integrarevolucio.net/ca/revolucio-integral/bases/

Propriété ainsi que la propriété commune et perdu le contrôle de populaire

  • Nous devons reprendre le contrôle de la terre et des moyens de production comme un bien commun, en assurant leur utilisation par la propriété commune (la communauté) et, par conséquent, pour le bien public.
  • Condamner la propriété privée comme un outil des classes puissantes d’accumuler du capital et à établir un contrôle sur l’utilisation et la propriété des terres et des moyens de production, ce qui perpétue le régime de domination par le travail, l’accumulation, le l’exploitation et de la spéculation.
  • L’intérêt particulier à l’écart de nous, nous individualise et détruit la propriété communale et des atouts communs.

De là, nous devrions considérer que:

La forêt est un élément fondamental de la vie et de la forêt est au cœur de la survie et le rétablissement de cette. Compte tenu de la dégradation de nos territoires vision du monde promue par la production et la destruction de l’Etat capitaliste industrielle et, nous devons articuler un reboisement général stratégique. Reconquérir la forêt indigène, comme une étape pour restaurer la pluviométrie et de la fertilité de la terre, devrait être l’objectif des communautés humaines de ce siècle, en surmontant une vue partielle, seulement la productivité utilitaire et haute.

À l’heure actuelle, le système de la production industrielle et le monopole, nous allons verser une réduction drastique de la biodiversité, un marché en croissance où il ya moins de diversité de la nourriture, car ils ne sont produits que les plus rentables et sont donc le qui consomment la majorité des cas (qui sont indépendants de la nourriture organique, toxique ou OGM). C’est pourquoi non seulement sur ​​la vie et une alimentation saine, mais vous devez récupérer la capacité de décider et planifier ce que Manji, où et dans quelles conditions.

Nous devons commencer à penser comme ça plus besoin d’être une réforme agraire populaire et révolutionnaire, au cours de ce siècle, nous permet de progresser dans l’accès à la terre et de l’autonomisation des moyens de production, avec des technologies appropriées et réapproprié.

Récupération d’une communauté de vision du monde et complète, il est essentiel pour faire face à la vie telle qu’elle était le peuple paysan de la société rurale, les coopératives en vertu de la société industrielle collectiviste ou permaculture aujourd’hui. La terre ne peut pas changer l’unité ou le marché du produit, ou bien la spéculation.

La commune devient à partir d’un processus afimarció communauté à la douane plusieurs villages et les communautés humaines ont joué au cours des différentes étapes de l’histoire, en ce qui concerne les terres et territoires qui ont développé leur vie collective négociation. Ce système populaire est construit sur une base d’auto-organisation populaire, d’assemblée et de fraternité, où les communes voisines (de voisins dans un village, une ville ou communauté) faire usage de la terre commune, assurant la survie de la Communauté et la continuité de ce produit.

L’histoire de l’apprentissage basé sur l’heure actuelle, nous avons la possibilité de récupérer quelque chose de positif dans cette vision du monde, en l’enrichissant en le projetant dans l’avenir du présent. Nous avons besoin de la terre et de notre relation avec elle, récupérons pour faire avancer la révolution complète.

 

3 (samedi après-midi) Comment pouvons-nous faire? Auto-gestion des terres

De la base d’une vision du monde la terre pro-communautaire et d’auto-défense du territoire, de nous plonger dans les domaines de l’auto que nous développons:

1 gestion intégrée des forêts (forêt)

2 Planification des cultures [des terres agricoles, les cultures] dépassant organique.

3 Nouvelle Culture de l’Eau -> aquifères, des puits et de la gestion de l’eau de pluie

4 logement, la protection et l’accès aux (sources et de l’espace et de l’énergie) terrestres. Gestion intégrée des terres, et les déchets.

5 réseaux Enxarxament et des initiatives rurales.

– Les systèmes de communication dans la région. Communication avec le milieu rural et guifi.net

– Proposition sur Ecoxarxa: ceux-ci sont en passe de devenir un lien de enxarxament, la reconnaissance mutuelle, la promotion et les projets de diffusion de coopération auto-gestion, de l’agro-écologie, le soutien mutuel, la défense du territoire … et pas seulement les réseaux auto-change, va être une jambe de monnaie sociale de tout et du centre [papier pente actuelle].

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.