JE SUIS CHARLIE ! Nous sommes tous CHARLIE !

Je suis Charlie

 

Nous sommes tous Charlie

Notre émotion est totale devant ces assassinats des meilleurs dessinateurs et notre totale solidarité va aux familles, aux proches et aux journaux libres et engagés.

Les caricaturistes sont à l’avant poste du bien le plus précieux de ce qui reste de la liberté d’expression dans ce qui reste de démocratie en France (*).

Les assassins s’en sont pris à ceux qui refusaient la soumission aux fondamentalistes de tout bord qui veulent en finir avec la liberté de pensée en tuant ceux qui la portent et qui n’ont pas cédé en luttant avec leurs crayons, et non des armes !!!

A Charlie comme dans toute la presse libre (**) on a refusé de s’autocensurer face à eux mais aussi face aux multinationales tentaculaires et dévastatrices des sociétés et de la nature agonisante, face aux états terroristes (***), face aux fascismes montants dont on sait qu’ils sont les dernières cartes d’un Capital en crise structurelle.

On avait presque oublié que la liberté d’expression est si précieuse dans ce crépuscule où un monde marchand et la nature se meurent quand d’autres mondes possibles résilients et alternatifs se cherchent…

L’unité nationale pour sauver la liberté d’expression contre tous ceux qui l’assassinent doit aussi combattre toute forme d’amalgame avec les 5 millions de musulmans paisibles de France qui acceptent que la croyance soit affaire privée et non imposable au reste de la société tout en souhaitant ne plus être les Indigènes de la République..

Ils ont été invités par le recteur de la mosquée de Lille à développer leur travail éducatif avec la jeunesse afin de l’immuniser contre la tentation de la violence ici même. L’école d’état dite de la République où la soumission l’emporte sur l’expression a une immense responsabilité à ce sujet sans cependant recevoir les indispensables formations de fond…

Mais les politiques choisissent de servir l'”entreprise” au lieu de servir le développement social/écologique endogène des quartiers et des territoires afin de résorber la misère sociale-économique qui frappent dans les banlieues 50% des jeunes tous issus de milieux sociaux modestes et donc principalement de l’immigration entretenant des frustrations profondes et des trafics de survie…

Sans débat ni expressions libres sur le bien fondé de leurs décisions les politiques ont mené des opérations anti terroristes en notre nom en Afrique et Moyen Orient qui avaient aussi pour fonction de servir les intérêts privés des multinationales exacerbant ainsi les haines…(***)

Ces politiques ne servent guère ce dont ils se réclament tant aujourd’hui : la liberté d’expression. Ils imposent une cure d’austérité entr’autres en supprimant 28 milliards de dotations aux collectivités locales d’ici 2017, lesquelles suppriment ipso facto leurs aides aux médias libres (radios locales journaux alternatifs télés citoyennes) aux associations culturelles et “citoyennes” tous espaces (au moins potentiels) de libre expression de débats et de rencontres sociales par delà les croyances et les origines

La seule chose dont nous devons avoir peur c’est de la peur elle même.

Nous rassembler et agir pour d’autres mondes nous permet de prolonger nos rassemblements de solidarité émue : “Je suis Charlie” en un combat solidaire pour des mondes vivables, sans violence sans impérialisme sans destruction du vivant, sans spoliation des peuples donc sans violences réactives qui puisent dans les intégrismes, des mondes où nous ne serions plus des complices en laissant, sans nous mobiliser, continuer la destruction des ressources de notre habitat naturel commun la Terre mère, par les mêmes oligarques qui détruisent les sociétés humaines.

Des mondes non submergés par la violence des riches et l’argent du productivisme insensé de leur système qui tente de se survivre en exploitant partout les ressources et les peuples. Ils cherchent partout à opposer les communautés, les groupes religieux, ethniques, afin de briser le rassemblement des exploités et des forçats de la terre, cette immense majorité dont la vie devient invivable et qui ont tout intérêt à en finir avec ce système chacun à sa façon et selon de bonnes gouvernances démocratiques (notamment directes) permettant d’apprendre la gestion pacifique des conflits comme on en a vu les prémisses dans les révolutions arabes et comme on le voit au Chiapas

Nous pouvons perdre ce combat de l’expression libre et contestataire de l’auto organisation de la société civile contre l’ordre social, économique, culturel, contre ceux qui veulent nous régenter par la violence et la peur au nom des dogmes, mais ” si nous ne combattons pas tous ensembles en se rassemblant entre habitants de toutes confession et appartenance face aux défis des effondrements en cours et pour d’autres mondes possibles et d’abord localement alors nous avons déjà perdu “disait en substance Berthold Brecht

André Duny

 

(*)

Une “démocratie” endormie ou plutôt une ploutocratie entre les mains de politiques subjugués par les multinationales, les marchés, leurs lobbies, leurs médias, leur publicité, leur culture spectacle, le culte de la croissance de la violence et de l’argent…

(**)
Celle qui s’achète sans publicité afin de n’être pas vendue…aux pouvoirs dominants.

L’un d’entre nous chroniqueur sur des radios associatives et libres a été violemment agressé chez lui par un type cagoulé, ganté, armé d’une clé à cliquet. Blessé pas très gravement à la tête et aux yeux, il aurait pu y rester. Le mobile n’était en rien de se saisir d’argent ou d’autres biens

 

(***) Note annexe librement inspirée de Chomsky “Terrorisme, l’arme des puissants” in Monde diplomatique 2001

Qu’est ce que le terrorisme ?

C’est l’utilisation calculée de l’intimidation, de la menace de violence, de l’assassinat ciblé, de la coercition, de la peur à des fins politiques ou religieuses…Ce qu’ont fait les Etats Unis et tant d’autres états dans le monde, dont la France jadis en Algérie dont Israël présentement en Palestine..

Un moyen de réduire la terreur serait de cesser d’y contribuer soi même et de se mettre à réfléchir aux orientations politiques (bombarder la Libye) et économiques (exploiter pétrole et uranium au Niger en Angola) qui créent un réservoir de terrorisme et de commanditaires d’attentats…

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.