la journée permaculture et autonomie alimentaire de la CEN valentinoise

Des ateliers pratiques au jardin des sources du grand Charran

Un jardin extraordinaire de bio diversité au coeur d’un quartier à l’est de Valence  ! Acheté à un particulier par la mairie, il était sous le coup d’un projet immobilier de l’ex municipalité PS….  Il a été sauvé in extrémis par le Comité de quartier des habitants (800 signatures sous la pétition). Classé en espace naturel sensible par le département, il est désormais à l’abri de la spéculation..
les partenaires sous l’égide de la MJC se sont réunis avec les élus pour un projet d’accès à tous et aux enfants.

Ce vert paradis sis au pied des immeubles HLM et co propriétés du quartier, est  baigné  par l’un des fameux canaux d’eau pure de Valence… 6 sources y  émergent…Les figuiers et kakis du coup y donnent le meilleur d’eux mêmes
Désormais géré par la MJC, il comprend 3 parties : le jardin partagé affaire des jardiniers riverains , la zone humide de biodiversité , le jardin pédagogique dont la Cen est référente pour animer cette partie avec ses partenaires  du Comité de quartier, des canaux, de la MJ, de l’Ecole primaire…avec les amis jardiniers, dont “Ben” et ses deux ruches  …

C’est ce jardin qui a été utilisée pour les travaux pratiques de la journée “permaculture”.  . du 21 mars sous titrée donc de “printemps “(voir photos)

Un temps gris-pluvieux, une mobilisations aux Chambaran et d’autres sur Romans ont avec une communication restreinte sur le coin, limité la participation à une quinzaine de personnes dont les jardinières d’autres jardins menacés de la ville .

Au programme de la matinée et de l’après midi : les techniques de compostage, culture en buttes, en lasagnes, en carrés, en sacs sur balcons, de purins d’orties, de consoude, de prêle, du bokashi et du BRF. Mais aussi sur les plantes compagnes et autres savoirs dispensés “in situ” et “in concreto” (sic) par divers intervenants.

Des infos sur l’approche permaculturelle ou comment retrouver l’harmonie avec la nature se sont aussi échangés entre les participants/tes à l’occasion du repas africain qui a régalé les stagiaires

Une lasagne-butte a été montée in fine, avec branchages, déchets verts et secs,  et du fumier décomposé…Quelques blettes et salades (photo) ont été plantées

Elle démontre que même sur sol dégradé voire béton l’on peut se nourrir aux pieds des immeubles..

Pour mémoire, le 7 février dernier, à l’appel de la Cen, 17 personnes dont 4 enfants avaient fait des semis en godet dans une salle de la MJC, avec des graines de variétés anciennes Kokopelli…(voir sur ce site photos et compte rendu) et le lendemain quelques actifs avec l’aide de Benjamin ont réalisé 3 carrés.

En amont encore,  le 29 novembre s’était déroulée la “fête de la courge et du topinambour”‘ avec diverses animations dont un atelier d’écriture de la Cen sur “comment pourrait-on se nourrir à Valence si la vallée du Rhône  venait à être barrée accidentellement” ?

C’est en forgeant qu’on devient forgeron selon l’éducation populaire, à condition d’expliciter et généraliser.

Ce rapport au savoir “praxique” est l’exact opposé du scolaire : cours d’abord TP ensuite

Du coup à 17H, tout le monde s’est retrouvé en salle pour évaluer les acquis et comprendre la vision systémique de la permaculture bref, sa philosophie globale notamment dans le rapport ville/campagne…et pour se projeter vers d’autres projets individuels mais surtout communs…

D’où dans la discussion (entr’autres) : pourquoi ne pas inviter les habitants à venir sur les pelouses ou dans ce jardin avec des sacs de jute ou de nylon ajourés pour une démo expresse : en les remplissant de feuilles mortes et de terreau des bois (gratuit) ils peuvent se faire un jardin sur leur balcon avec salades tomates fraises courgettes radis…à portée de main…

Et ensuite, puisque c’est la pratique qui fait l’idée (et non l’inverse)  place à la lasagne butte, aux fruits rouges, à la vigne de raisins de table et etc tout ça en contrebas des immeubles ,tout en convivialité, en partage, en redécouverte de la nature prodige dans la ville

En retrouvant  la nature vivrière, ils retrouvent  la “citoyenneté” écologique et sociale pour le bien commun qu’est la terre vivrière, à l’échelle locale et mondiale,voire la “terre mère” comme disent les peuples sud américains (à l’opposé des américains qui la piétinent en tant que simple substrat à l’agriculture industrielle et chimique)

La   protection des zônes encore sauvages, dont par ici les Chambaran, la reconquête du  foncier agricole périphérique pour des cantines 100% bio locale sociale, la relocalisation de la production d’aliments bio des graines à la table, la reconstruction d’un rapport collaboratif ville campagne,  tout ceci qui avance dans ce pays (et bien plus en Grèce) n’est alors plus aussi abstrait, ni utopique….

Le collectif ville campagne a ici réussi à faire échouer le projet Oxylane sur les  60 ha convoités par la multinationale Décathlon avec l’active complicité du Maire socialiste.

Le temps a manqué sur ce point de la (possible)  coopération harmonieuse avec la nature apportée entr’autres par la permaculture (et l’agro écologie)

Cependant, on peut en avoir un aperçu par la dernière émission de la CEN sur la permaculture..(réalisée par André D) sur DECLIC radio (rediff ce mardi 24/03  à 12 h sur 101,1 ) ou sur le site : declicradio.fr, ou via le soundcloud de la CEN (Accès : voir sur ce site Cen à la rubrique RADIOS )

Un auditeur de cette  émissions de radio qui avait justement entendu notre chronique nous a rejoint sur le tard..La radio locale un média populaire pour faire avancer une autre vision du monde et populariser luttes et alternatives ?

 

pr site CEN 4

 

 

 

 

 

 

 

 

Le soir le film “Peak oil of Cuba” a été projeté, film qui fait comprendre comment les cubains dans les années 90, à cause du blocus américain et de la brusque rupture de livraison du pétrole russe, ont dû et su pratiquer une agriculture urbaine en permaculture faute d’entrants chimiques et de carburant. Cela leur a permis d’obtenir une autonomie alimentaire, une meilleure santé et actuellement une espérance de vie supérieure à celle des américains.

Fabrication de la butte au jardin des sources du Charran à Valence.

butte 1

butte 5

butte 6

butte 7

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.