Le capitalisme survivra-t-il au changement climatique ?

Il existe maintenant un consensus solide au sein de la communauté scientifique sur le fait qu’un changement de température moyenne mondiale au 21e siècle, dépassant les deux degrés Celsius, entraînera des changements climatiques à grande échelle, qui seront irréversibles et catastrophiques. Le temps presse et les chances d’agir pour apporter une correction s’amenuisent rapidement.

Cependant, il existe une forte résistance, partout dans les pays du Nord, au changement des systèmes de consommation et de production qui sont à l’origine du problème, et on trouve une préférence aux « solutions technologiques rapides » comme le charbon « propre », la séquestration et le stockage du carbone, les agro-carburants à l’échelle industrielle et l’énergie nucléaire.
Globalement, les entreprises multinationales et les autres acteurs privés résistent aux mesures imposées par les gouvernements comme les plafonds obligatoires, en préférant utiliser les mécanismes de marché tels que les achats et les ventes de « crédits de carbone » qui, selon les critiques, ne sont qu’une simple autorisation aux pollueurs industriels de continuer à polluer.

Au Sud, les élites sont peu enclines à rompre avec un modèle, hérité des pays du Nord et caractérisé par une forte croissance et une haute consommation ; elles sont convaincues, par intérêt personnel, que les pays du Nord doivent d’abord porter des ajustements et porter le plus lourd fardeau de l’adaptation avant que les pays du Sud ne prennent le relais pour une initiative sérieuse pour la limitation de leurs émissions de gaz à effet de serre.

La suite sur : http://ejnafrica.org/2015/11/24/le-capitalisme-survivra-t-il-au-changement-climatique/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.