Macron quitte le gouvernement… après avoir distribué 900 millions d’euros aux cadres du CAC40…et démoli le transport public

C’est l’histoire d’un hold-up de 900 millions qui ne dit pas son nom. Au moment où Emmanuel Macron quitte le gouvernement, vraisemblablement pour se présenter à l’élection présidentielle, la presse rappelle toutes les étapes de l’émancipation du ministre vis-à-vis de Hollande. Comprendre : toutes les petites phrases et les provocations. Mais s’il ne fallait retenir qu’une mesure du passage de Macron au ministère de Bercy, c’est plutôt l’article 34 de sa loi votée en 2015. Le Canard enchaîné avait découvert, à l’époque du vote de la loi, qu’un dispositif permettait aux patrons du CAC40 d’économiser… 900 millions d’euros.

NOTRE CEN COMPLEMENTATION sur les TRANSPORTS

Pour les autres mesures dites libérales, en fait ultra capitalistiques, de l’ex ministre, on retiendra  la libéralisation totale du transport par cars.

Les cars Macron, un an après, sont aussi destructeurs du service public des trains inter cité que du climat que du vivre ensemble . Côté emplois de chauffeurs et Cie c’est à peine 1500 sur les 10 000 promis.
La SNCF concurrencée a elle même développé sa filiale low cost OUIBUS qui lui fait concurrence (40 millions de perte ) ! Et des concurrents étrangers se sont positionnés  dont Flixbus (allemand), bientôt Mégabus (anglais).

Et les tarifs en discount de  20% ont cherché à démolir  le covoiturage, un concurrent !

Avec le climat en carafe grave aggravée, c’est le transport à 3 vitesses.

Pour les pauvres un bus pas cher et inconfortable (promiscuité avec le voisin de route, sièges étroits ,…)

Pour les riches le TGV

Pour les intermédiaires, le train de plus en plus cher …

L’état est l’acteur majeur du désastre capitaliste en se désengageant du train au profit de notre pire ennemi la finance le marché les mastodontes internationaux de l’économie tueuse

Et celà  après avoir fait semblant de gérer la COP 21 dont Fabius vient de rappeler qu’aucun état (ou presque), aucune multinationale (ou presque) ne tiennent les engagements solennellement pris à Paris..

Avec moins de passagers et bientôt les robots d’accueil en gare les suppressions de postes vont s’accélérer : pour rappel 70 % de chômeurs horizon 2030, 1 emploi créé pour fabriquer 10 supprimés par les robots, l’hubérisation et l’informatisation généralisées…

Et avec ça il ne faudrait pas être radical ?

La radicalité aujourd’hui c’est de tout faire pour déligitimer ce système (côté idéel) et pour en sortir (côté autres types de propriété et de pouvoir)

Commençons à démanteler sa démente mégamachine croissanciste concurentielle , à la décroître, à décroître pour limiter les dégats des effondrements qui, au ralenti, saisissent le vivant (tiens cet été les fruits plus 40% du jamais vu, printemps pourri crash climatique) et la  société humaine : crash alimentaire,  crash financier qui s’en viennent eux aussi au ralenti comme dans les crash tests de voitures)

Avant d’être rattrapés dans notre sommeil par ces tsunamis, l’on peut (bien) vivre sans lui, en commun, avec des communs, et beaucoup moins de biens et beaucoup plus de liens …

Voir  sur ce site et d’autres comment, d’en bas, l’on peut commencer ou poursuivre et amplifier un mouvement bien réel

Il en va ainsi avec nos engagements directs sur les lieux où nous allons devoir promouvoir la survivance, à commencer par la sauvegarde des terres agricoles comme de tout ce qui est commun (dont la démocratie directe et l’énergie) via l’écologie sociale, les régies publiques, énergétique et alimentaire, avec sur ce point, notamment des minibus bio gaz issu de méthaniseurs communs municipaux…

Pas sans vous (voir nouvelles de la Cen) Si vous êtes comme ci téléphonez lui 0675800579 Ou mêlez vous y : contact@liste.la-cen.org

ADuny

MACRON C’EST ICI

http://www.politique.net/2016083001-macron-quitte-le-gouvernement-article34-900-millions.htm

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.