L’élection américaine : un vaste produit de la société du spectacle

Il faut oser le dire : l’élection américaine dans son ensemble, depuis la victoire de Trump (ou même Clinton) à l’éviction de Sanders et le black-out médiatique de Jill Stein, est un vaste produit de la société du spectacle qui n’a plus AUCUN rapport de loin ou de près avec la vraie Démocratie. Le fait de répéter en boucle dans les médias que ce qui se passe aux États-Unis est la démocratie est une imposture intellectuelle et une insulte au peuple jugé trop stupide pour réaliser l’ampleur de la supercherie.
Plutôt que se sombrer dans l’invective des uns ou des autres, c’est l’institution même qu’il faut avoir le courage aujourd’hui de confronter. Le terme démocratie désigne le régime politique dans lequel le peuple a le pouvoir : il est SOUVERAIN. La démocratie étant par définition une expérimentation, elle prend autant de formes dans l’histoire qu’il existe de société et d’esprit pour lui donner un cadre. La démocratie représentative est l’une d’elle : rien n’indique qu’elle soit parfaite ou supérieure !
Que du contraire, le jeu de ping pong de deux couleurs politiques dominantes qui dure depuis des générations, engendrant un abstentionnisme record, démontre à quel point nos démocraties sont fatiguées et peinent à se réinventer. Mais ce n’est pas la démocratie même le problème, c’est la manière dont nous décidons collectivement de l’articuler.
Comme on le constate sur ce graphique, les deux candidats se talonnent. Clinton a même récolté plus de votes citoyens en sa faveur que Trump. Mais le système des grands électeurs donne plus de “poids” aux représentants de certains citoyens qu’à d’autres en fonction de leur situation géographique. On constate donc que la méthode même de l’élection pèse lourdement dans la balance.
Mais quand bien même, Clinton ou Trump, la persistance même de ces deux pôles signifient un échec de la démocratie pour la simple et bonne raison que celle-ci impose à 75% de la population, la décision de 25% des américains. Si on regarde le nombre de votants, c’est à peine un quart de la population qui vient de sceller l’orientation politique de leur pays. Autant ces 25% que les autres n’auront plus leur mot à dire par la suite. Démocratie ? Il faut le dire vite.
La vérité difficile à avaler tellement elle submerge nos vies depuis des générations, c’est que les américains ne sont pas pas en démocratie, selon la définition originelle du mot, et que nous ne le sommes pas nous mêmes. La société du spectacle à fait de la Démocratie un show télévisé qui peine à cacher la pauvreté de la représentativité réelle des citoyens. Le peuple n’a pas le pouvoir. Il est invité à choisir de manière binaire et à se taire ensuite.
Alors comment s’en sortir ? Certains y songent, depuis longtemps. Les pistes sont nombreuses pour réinventer une démocratie participative, active, impliquant réellement le citoyen dans les décisions politiques qui impactent leur vie au MOMENT où elles se prennent.
David Louapre, le créateur de la chaîne Youtube Science étonnante, a démontré que les types de scrutin peuvent provoquer des résultats totalement différents avec les mêmes votants. Dans une récente vidéo, il présente la méthode dite du jugement majoritaire, une forme de scrutin qui permet d’éviter les défauts que présentent ceux qui sont communément utilisés aujourd’hui, tout en incluant les petits candidats dans le débat politique et ainsi sortir de la centralisation du pouvoir dans les mains d’une seule famille idéologique. Mais, encore une fois, pour sortir des schémas linéaires, il faut comprendre et admettre qu’il n’y a pas UNE démocratie, il n’y a que des choix collectifs dans la manière de donner le pouvoir au peuple. Et, définitivement, aujourd’hui, le peuple n’a pas le pouvoir.
Article : https://mrmondialisation.org/et-si-on-reformait-les-presid…/
Infos & Débats | Mr Mondialisation

A lire aussi :

Pourquoi ils n’ont rien compris au phénomène Donald Trump : http://www.marianne.net/pourquoi-ils-n-ont-rien-compris-au-phenomene-donald-trump-100247707.html

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.