Ils s’associent pour produire de l’énergie renouvelable – et ça marche !

Depuis une dizaine d’années, les collectifs d’« énergie citoyenne » se multiplient pour créer des sociétés de production d’énergie renouvelable. Le but : échapper aux intérêts privés et à la spéculation. Des dizaines de projets ont déjà été réalisés. On pourrait généraliser la démarche en levant les freins législatifs et en donnant plus de pouvoir aux régions.
https://reporterre.net/Ils-s-associent-pour-produire-de-l-energie-renouvelable-et-ca-marche

NOTRE COMMENTAIRE :

Mais l’intérêt de retour y est semi privé !
Ces retours sur investissement tombent dans les poches privées des citoyens investisseurs en groupe (cigales, ou autres)

Certes ils font progresser la transition énergétique / la mutation de l’économie énergétique en explorant d’autres voies.

Merci à eux/elles
Mais qu’il nous soit permis en toute bienveillance de faire remarquer :

-qu’ils choisissent le plus souvent des panneaux photovoltaïques (cf dans notre article de cette semaine : “Visite à un métaniseur, mais pourquoi faire ?” A la fin consulter : “Objections au photovoltaïque” , origine à 95% multinationales chinoises, à l’acétate cancérogène, aux nanotechnologies, aux métaux rares…)

-qu’ils disposent en général de leurs rentes (3% en moyenne) comme ils l’entendent (dont aussi de réinvestir dans de nouvelles installations coopératives)

Selon nous à la Cen on pourrait MONTER en PRIORITE des REGIES PUBLIQUES ENERGETIQUES MUNICIPALES et TERRITORIALES socialisées, résilientes, conviviales, dont tous les bénéfices après amortissement, reviennent dans les caisses publiques contribuant à d’autres investissements (publics) ou finançant d’autres biens communs (maisons médicales, transports doux au biogaz méthane, chauffage solaire des HLM, jardins collectifs, rachats de terres agricoles pour des régies publiques alimentaires…)…avec

-des choix qui affaiblissent la mégamachine de l’accumulation capitalistique et croissanciste

-des choix de techniques et de configurations conviviales créatrices d’emplois de qualité

-des choix citoyens d’une propriété sociale

-des choix de gouvernance par le pouvoir citoyen, c’est à dire des unités co-gérées par les citoyens, c’est à dire par la démocratie directe territoriale (DDT selon la Cen !) soit la démocratie économique pour le coup !

-des choix d’une perma-économie locale écologique résiliente endogène…

Voir sur ce site des exemples

-la régie publique électrique de MONTDIDIER, ville de la Somme, proche d’Amiens.

la démocratie de participation proche de la démocratie directe à SAILLANS

la régie publique municipale alimentaire de MouanSartoux
AD