L’essence du néolibéralisme et la réalité du capitalisme

un TEXTE pertinent à RELIRE car COMPRENDRE c’est déjà faire la MOITIE du CHEMIN

Au temps des défilés bien sages et bien désunis grâce au jeu d’appareils et grâce à certaines promotions (par exemple, retraite au conseil économique et social pour syndicalistes méritants), l’on se résout à avaler les défaites , sauf la victoire contre l’aéroport de Notre Dame des Landes, qui n’est pas (encore) celle contre son monde

Toutes les conquêtes de la lutte des classes menée par nos aïeux sont systématiquement déconstruites par la classe au pouvoir

Les classes dominées sont siphonnées par tous les canaux de l’appropriation privée et, à l’insu de leur gré, elles sont mises en ordre de soumission et d’impuissance face à l’arrivée des grandes tornades financières et des clash sociaux et climatiques….

Elles semblent subir les multiples effets d’une cause unique

La dissimulation habile de cette cause et l’intériorisation de l’inéluctable TINA permette le défaut de révolte collective .

Un exemple : Blanquer est vu comme un excellent Ministre justement parce qu’il sait dissimuler ses solidarités actives avec l’offensive généralisée (très capitaliste) et sa philosophie politique (très libérale).

Regardons vite fait  ce qui se passe .

*premiers effets des ordonnances (inversion de la hiérarchie des normes les plus faibles désarmés face aux plus forts, multiplication des ruptures conventionnelles, chasse aux militants syndicaux (dont prison, il y a 10 ans comme le dit un délégué Goodyear il y aurait eu des émeutes)

*intensification et numérisation du travail, changements rapides des postes et des tâches voulus par la hiérarchie afin de destabiliser les travailleurs qui se retrouvent soi disant “incompétents” et donc en posture de ne plus revendiquer en masse mais de s’en prendre à eux mêmes (d’où burn out)

*pressions à 400 000 burn-out, 3 millions au bord du B-O, cf Le monde en face la 5)

*hôpitaux à l’agonie, sécu attaquée de toute part, prisons scandaleuses, nucléaire au bord du drame, etc

*transition énergétique dans le modèle capitalisme vert

*personnel politique millionnaire au gouvernement comme jamais

*scandales dans l’agro-alimentaire à qui l’état a fait le cadeau de l’auto contrôle et de la désorganisation des services sanitaires (moins 20% depuis 2008) et des fraudes : Lactalis, Spanghero, oeufs au Fibronil, viande en mauvais état chez Bigard…

*libéralisation du système d’enseignement avec 4 jours au lieu de 4 et demie au primaire, avec les 30 matières et le libre choix dont on sait qu’il est biaisé par l’intériorisation des chances (un élève dit faible choisira une filière courte), contrôle continu pour le bac et son grand oral dont on sait la sélectivité sociale, sélection déguisée à l’entrée en fac “Il faut cesser de croire que le supérieur c’est pour tout le monde” E Macron)

*9 millions de pauvres dont 1 million vit avec moins de 12 degrés cet hiver dans des appartements passoires  (justement après les concertations gouvernementales sur le logement la nature de classe du pouvoir des riches habilement managée par Jupiter s’est encore une fois nettement affirmée : rien dans les décisions , ni dans les lois n’oblige les proprios à isoler ou changer le chauffage, bonjour le stress et les maladies), et toujours 150 000 SDF dont 2 500 y meurent !

Sous la haute direction de la finance le personnel politique d’état fait en son âme et conscience le sale boulot de la classe propriétaire de l’économie des :industrie, finance, immobilier, agro-alimentaire, transport, commerce, communications, média…

Ils nous masquent l’ampleur des effondrements qui viennent dont les catastrophes écologique et climatique que le système qu’ils pilotent à leur profit de milliardaires/millionnaires provoque pour l’essentiel !!!

Ils nous font croire que la technologie sauvera le monde  du probable anéantissement de la vie sur la planète. Ils  rejettent la faute sur les individus pour réduire  celle des pouvoirs qui ont été les auxiliaires de l’accumulation des  capitaux , de la croissance, de la mondialisation, de la marchéisation généralisée de la vie….

Ce qui fait système, c’est l’économie capitaliste devenue tentaculaire qui a colonisé presque tout le pouvoir politique, l’état, les médias…

La mondialisation met en concurrence générale les travailleurs de l’occident et de l’orient pour désarmer leurs luttes et externaliser les pollutions là où l’environnement est moins protégé…

L’économie continue de carburer aux énergies fossiles

Dans le loisir, le système incite à consommer à être dans la course au bien être personnel  (dont l’effroyable tourisme planétaire)

Dans le travail, il impose sa dictature pour les besoins de l’appropriation privée de la valeur..

Partout, notamment grâce aux techniques numériques, il surveille tout le monde, cherche à détruire toutes  les structures collectives de résistance (associations de protection de la nature, syndicats, associations d’éduc pop etc etc) en les criminalisant, pénalisant…

Mais il sait aussi inciter les individus à créer leur start up (800 000/an) ans et donc épouser son illusion de “l’égalité des chances”  libérale et républicaine, support à sa lutte des idées pour l’hégémonie de sa “pensée” , le libéralisme

Vu qu’il détient tous les postes et l’argent,  il sait aussi engager des individus à l’insu de leur plein gré, ou même les acheter pour tenir ses positions, bref  organiser le plus possible la lutte des places substituée à celle des classes

Ce qui menace le système, c’est le ras le bol général des dominés, qui risqueraient de s’engager dans la grande bifurcation pour un autre modèle de production/consommation/culture écologiquement soutenable, donc décarboné, donc sobre, donc égalitaire, donc socialement juste, donc de sortie de l’Europe, de sortie des banques, des grandes surfaces, nécessairement démondialisé, démocratique et coopératif (en propriété ou gouvernance sociale incluant les modes de produire écologiques) décroissant ( juste le nécessaire) avec beaucoup de règles  d’échanges de savoirs de réflexions critiques, de cultures, de démocratie horizontale dont démocratie locale, en contexte de crash qui vient au ralenti

AD

Qu’est-ce que le néolibéralisme ? Un programme de destruction des structures collectives capables de faire obstacle à la logique du marché pur.

https://www.monde-diplomatique.fr/1998/03/BOURDIEU/3609

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.