Avr 142017
 

Paru  sur Bastamag  « Macron et l’écologie »

http://www.bastamag.net/L-ecologie-version-Macron-les-contradictions-permanentes-de-l-ancien-ministre

ABONNONS NOUS ils ont en ont BIEN BESOIN
(nous aussi)!

Voir ce jour sur notre site dans cette même livraison, la compilation biographique  de nos amis de GENERATIONS FUTUR (sans E) Que du précis de quoi se faire une idée vraie de la société Macron.

NOTRE COMMENTAIRE

Le Capital veille au grain et ne met jamais ses oeufs dans le même panier.

Sa démocratie parlementaire délégative assure l’élection de nos maîtres, alias ses serviteurs, qu’il fait élire via son argent et ses médias (tant de passage à la télé tant de voix) et dans le même mouvement s’assure de notre impuissance citoyenne pendant une mandature….car ce sont nos Z’élus qui s’occupent de nos Z’oignons avec leurs Z’investisseurs pour « le » développement local, le progrès, la croissance, l’emploi, le territoire, et tout le patin couffin

Nous sommes cantonné au rôle de consomm’acteur sélectionnant parmi les meilleures offfres…et pour finir poussons des Caddy mêlant bas résilles et saucisses, dans de hideuses grandes surfaces juste là où poussaient autrefois des salades sans pesticides et paissaient de paisibles vaches sans tourteaux de soja OGM d’Argentine….Hélas par contre coup, partout les centres villes sont morts.

On le sait , le système politique délégatif a été organisée par le capitalisme au moment de son essor industriel aux débuts du 19ème siècle.

Pour le cas où il pourrait connaître quelques accidents historique (front populaire) avec un déverrouillage de l’intérieur, le capital instruit à ce sujet s’assure en amont contre le risque, en faisant naître ou en soutenant le renouvellement du personnel politique et le brouillage des pistes

« Face à  » ou « à côté  » du candidat de la droite profonde catholique et mondialiste, immoral comme tous les nantis,  c’est le cas du jeune, « créatif « , fringolant et sympathique Emmanuel Macron d’être porté par les médias. Comme il a su épouser sa professeure de 22 ans son aînée, il a fait naître du rêve dans les coeurs juvéniles et  ceux plus âgés   grâce à la presse People sur papier glacé des magazines (cf couvertures de Paris Match)

Du coup on en oublie qu’il est un des trois candidats des banques qui font tous mine d’avoir un programme souverain qui changera l’économie alors que c’est l’économie qui les changera comme on l’a vu avec Obama, notre ennemi de la finance….et tant d’autres

Voici sur bastamag un article intéressant sur quelques-unes de ses positions notamment au niveau écologique : gaz de schiste, transition écologique, NDDL à mettre en lien avec ce qui précède !

En effet, à la Cen, nous en pinçons pour la pensée systémique, pour comprendre comment marche non pas un élément mais le système qui en arrière plan le détermine. Dans cette éducation populaire là, on apprend à décoder les oppressions et oppresseurs masqués derrière les belles formules comme la Décroissance a su démasquer les éco tartuffes derrière leurs belles paroles, « développement durable », croissance verte », « économie circulaire », « Internet des objets  » (Rifkin), ou 3ème révolution industrielle ou TRI « qui est en réalité HYPERMATÉRIELLE, HYPERCONSUMERISTE et HYPERPRODUCTIVISTE, » c’est une  » hypothèse intenable de quasi gratuité de l’énergie à terme, d’oubli délibéré des pics matériels (minerais, terres arables, forêts, eau douce…)  » (Jean Gadrey, voir son blog).
C’est aussi le cas MACRON.
On apprend la pensée relationnelle, l’abstraction réfléchie disait Piaget, celle qui établit les liens entre éléments des processus réellement à l’oeuvre derrière les apparences,  que le soleil ne tourne pas, qu’il est fixe au centre d’un système de planètes, que l’agriculture bio peut relocalisée nourrir la planète (1), qu’il n’y a des pauvres que parce qu’il y a des riches justement par le jeu du système de l’extorsion de la plus value par ces riches actionnaires/propriétaires des moyens de productio, et de la réserve « structurelle » de chômeurs, la main d’oeuvre étant une marchandise, et la structure globale le marché de la compétition de tous contre tous.

Ni de gauche,  ni de droite, le sémillant  Macron séduit notamment par son anti lepénisme et ses antidiscriminations ce qui ne mange pas le pain du système.Les postures contre les discriminations et le racisme s’accommodent souvent fort bien  de la domination et de l’accumulation capitalistes qu’elles maintiennent cachées en arrière plan (cf OBAMA a mis en avant la lutte contre les discriminations sans rien changer au système)

Il y a peu de chance que l’on comprenne la politique sans l’économie, ni la culture sans l’anthropologie, ni l’écologie sans les rapports de production…..ni l’emballement climatique sans les milliards de tonnes de CO2, CH4..émis aux 2/3 par 90 multinationales (Lafarge en 8è et Total en 13è)…ni Macron sans la structure qui le porte…comme l’univers se réfracte dans une goutte d’eau

Dans la concurrence générale élargie à toute la planète, agrandie de toutes  les dérégulations, par la grâce des technologies high tech porteuses de toutes les « opportunités » , le Mozart de la finance apparaît comme l’enfant souriant qui va peupler d’opportunités individuelles le système carnassier, désormais ubérisé, de l’accumulation du Capital.

C’est ce système qui  fait l’essentiel de l’effondrement du climat (90 multinationales seulement pour les 2/3 des GES !) et le nouveau crash financier pour bientôt.

C’est ce système qui nous suggère de jouir sans limite par la consommation y compris de l’autre, tout en nous tenant en laisse dans ses entreprises, qui nous tient invisiblement pour la fourniture des biens essentiels : de l’électricité nucléaire, des aliments de plus en plus chimiques de son industrie agroalimentaire, des fruits pesticidés importés de loin,  du salut personnel (à l’exclusion des libérations collectives)pour surmonter les malaises de la vie dévitalisée qu’il impose avec notre participation (in) volontaire via la consommation de toutes sortes de produits spirituels new âge , publiées à gogo dans ses médias (rappel 9 milliardaires, 95% édition) , de la culture main stream en fauteuil une bière à la main, où Jonnhy n’en finit pas d’agiter les souvenir de nos trentes glorieuses ravageuses, du lavage (subliminal) de nos cerveaux  rendus disponibles pour la publicité qui suit, des écrans partout pour tous consommés 3 heures et plus par jour, etc ….

Et c’est ainsi que sont abaissés nos seuils de pensée critique, nos engagements « citoyens » quotidiens, nos résistances globales et alternatives locales, et que sont avilies nos valeurs de décences communes, du moins entamées…
Chantre d’une société  ouverte et hors sol avec ses gagnants et ses perdants responsables d’eux mêmes, Macron fait fi des vilains attachés à leur classe , à leur quartier, à leur sol, à leur territoire, leur nature paysagère…comme les élites mondialisées du capitalisme financiarisé, il s’est « rallié aux mots d’ordre de l’ouverture à l’autre, de la diversité conjuguée avec le métissage et autres refus du mépris » (Taillandier)

Or, la révolte de millions d’humains se joue dans la structure de mouvements d’idées émancipatrices universelles ancrées dans une classe sociale, dans un terroir, dans des structures collectives, et alternatives  qui ont un horizon global et à long terme, toutes parties émergées d’un « inconscient social collectif », d’un mouvement tectonique  » qui a produit des Nuits debout, des grèves nombreuses, des mouvements pour les jardins collectifs, ou les énergies renouvelables en régies publiques, ou les cantines bio direct, ou les mouvements pour une démocratie directe (à la Vandoncourt (Doubs), à la Saillans (Drôme), à  l’Islandaise, à la Porto Alegre (Brésil) à la mode Chiapas, ou  Rojava)

Parfois même exceptionnellement des vagues de fond électorales peuvent changer la donne pourvu que les mouvements à la base inventent et créent de l’organisation dans les luttes, du rapport de force non violent, du renforcement des syndicats, de la bataille d’idées,  des projets résilients de quartiers, de territoires, et des systèmes d’autonomie alimentaire énergétique culturelle et politique

La repolitisation en cours même si elle est prise dans la semoule de la monarchie élective présidentielle , permet aussi  du basculement vers des mouvements citoyens « politiques » -pas des partis- mais de la société civile pour développer les innovations sociales et écologiques (circuits courts, et mille autres innovations) pour faire converger toutes ces mini alternatives dans l’horizontalité , dans  la prise en main des communes et peu à peu de monter des politiques publiques locale autour d’une économie écologique endogène…de défense des biens communs, de respect et de coopération avec la nature, d’autonomie et d’émancipation…

La mouvance globale fait basculer les individus en même temps qu’ils y participent (2) et ceux ci, en retour, accroissent le mouvement ….Ce ne sont pas nos émotions qui refont le monde par contagion de proche en proche comme l’affirmait le Colibri de Kaysen au salon PRIMEVERE,  à Lyon, dépolitisant le débat et renvoyant l’alternative à une morale de classe moyenne…Ce n’est pas non plus le portage individuel de gouttes d’eau sur l’incendie pour « faire sa part » (de bonne conscience ?) mais plutôt des escadrilles de Canadairs, vu que le tout n’est pas la somme des parties …. …vu que l’inscription est préalable à l’émancipation, et l’émancipation collective motrice de l’émancipation individuelle…

« Personne ne change autrui, personne ne se change seul, c’est par la médiation de leur commune action de transformation du monde que les humains se changent  » (Paulo Freire)

Pour atténuer les menaces, les mouvements de masse seront nécessaires..

Et pour sortir du système la mobilisation collective sous la forme de la démocratie générale chère à Takis  Fotopoulos est nécessaire

De l’addition des alternatives ne sort pas non plus de nouveaux rapports sociaux de pouvoir, de propriété, ni des rapports de coopération avec la nature, et ce qu’on peut faire pour sa réhabilitation, du moins pour se protéger des intempéries, que ce soit au local au national au mondial, juste que ça explore des chemins de sortie, sauf que sans passage par la prise du pouvoir politique de la société civile sous la forme de la démocratie directe territoriale et fédérative nationale  le rapport des forces ne pourra bouger

Le paysage global outre l’effondrement du système politique est celui du réchauffement en boucle,  de l’emballement en boule de neige, donc d’une planète et ses habitants (tous ses habitants, et en première ligne les plus pauvres) désormais sous une menace mortelle à terme et pour tout arranger, en contexte de proche explosion financière..(lire « Comment tout peut s’effondrer » P Servigne ; « Le dernier qui s’en va éteint la lumière » P Jorion ; « Ce qui compte vraiment » Fabrice Nicolino ; « Le progrès m’a tuer » , La Décroissance)

La mégamachine de l’accumulation du Capital dans sa logique profonde continue de carburer aux énergies fossiles, à la croissance ( y compris verte, un peu aux énergies renouvelables mais s’il y a du retour sur investissement pour les propriétaires (éoliennes géantes)…. il continue donc son extractivisme pour s’alimenter,  financiarise la nature, légitime ses « droits à polluer » par des compensations bidon (plantations…), investit les robots qui ne font pas grève, dérèglemente et met en concurrence le polonais détaché et le français qui n’en peu mais, par la Commission de ses bonnes oeuvres, et rémunère jusqu’à 10 000 fois le SMIC ses entrepreneurs ! pour les actionnaire les prélèvement sur les bénéfices dépassant les 50% parasitaires il se produit ainsi des fortunes colossales qui permettent d’acheter de la publicité, des médias, des consciences, des chercheurs, l’OMS, des élus, et in fine la démocratie parlementaire…!!!

Avec E Macron on aurait l’Ubérisation : salariés livrés à eux mêmes et à leurs patrons, riches dispensés d’ISF et d’impôt progressif, services publics libéralisés et privatisés, collectivités locales bureaucratisées et dépouillées de financements, chômage massif pour les moins diplômés et mobilité mondiale pour les bac+ 5 , chacun pour soi et le marché libre pour tous, austérité et concurrence pour l’excellence dans l’Europe libérale, effondrement des systèmes vivants et du climat, et réduction de l’espérance de vie en bonne santé, continuation feutrée de l’empoisonnement universel pour faire de l’argent, et puis in fine, l’effondrement du climat et des barrières vitales les unes après les autres… .

André Duny

« Quand s’accroissent les périls naît aussi ce qui sauve » Holderling

( 1) Je rêve parfois que la Zone commerciale est rasée et que tout est rapatrié en ville et que ça y grouille de monde et de vie

(2) L’enfermement dans la spécialisation (universitaire et scolaire) fait dérailler de bons esprits : un éminent anthropologue nous a montré sur Arte comment le Sapiens en se multipliant avait fait disparaître les grands mammifères. Il en concluait aussitôt que pour sauver la planète de son prédateur l' »HOMME » , il fallait réduise sa population !!! Et silence sur les torchères géantes de Youkos, Total ou Exxon !!!

  One Response to “MACRON l’ECOLOGIE, le SOCIAL, l’EFFONDREMENT”

  1. Je ne sais pas de quel anthropologue il s’agit, mais les bisons d’Europe ont disparu dès le moyen-âge sous la pression anthropique (au VIIIème siècle en France, plus tard dans d’autres pays d’Europe) : Les humains se sont attribués l’utilisation des terres au détriment des grands mammifères bien avant les torchères.
    Maintenant ce sont même les petits animaux qui y passent, mais pour les gros, le problème n’a pas attendu la révolution industrielle.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)