DÉSERTÉ, UN PETIT VILLAGE DE DORDOGNE REPREND VIE EN MISANT TOUT SUR L’ECOLOGIE et le SOCIALLE BIO !

Partagez cet article..Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

La transition écologique : une arme redoutable contre l’exode rural. La preuve avec l’exemple spectaculaire de Saint-Pierre-de-Frugie en Dordogne.

Par Axel Leclercq-
21 septembre 2016

En 2008, Saint-Pierre-de-Frugie était encore l’un de ces innombrables villages français victimes de la désertification, de l’exode rural et du vieillissement de sa population. On n’y croisait pas un chat. Pourtant, moins de 10 ans plus tard, les gens s’y pressent par dizaines dans l’espoir d’y trouver une maison à vendre ! Que s’est-il passé entre temps ? Il s’est passé que le nouveau maire a tout misé sur le bio et l’écologie ! Gros plan sur un retour à la vie qui ne doit rien à la magie !

Gilbert Chabaud a été élu maire de Saint-Pierre-de-Frugies en 2008. Seulement voilà, ce petit village de Dordogne n’avait plus rien à voir avec celui de son enfance. Tous les jeunes étaient partis s’installer en ville pour y trouver du travail et le rectorat avait fermé l’école un an plus tôt, provoquant ainsi la fermeture du dernier commerce du village : le bistro qui préparait les repas de la cantine scolaire…

http://positivr.fr/saint-pierre-de-frugie-transition-ecologique-bio-renaissance-village/

VOICI DEUX VILLAGES “INSPIRANTS”

-POUR UNE PERMA ECONOMIE LOCALE RÉSILIENTE ENDOGENE VIVRIERE (on peut ainsi développer des emplois de qualité sans croissance en émettant peu de C02, sans dépendance à la mégamachine de l’économie (capitaliste) monde”en coopérant entre humains et avec la nature

-POUR UNE DYNAMIQUE COLLECTIVE

La démocratie horizontale (voir notre formation 3/4 juin à Mirabel, proche de Saillans)  se prépare dans les mise en mouvement de parties de la société civile pour surmonter une crise. Nul doute que les deux village partagerons de plus en plus avoir savoir et …pouvoir ! En somme de l’écologie sociale qui ne dit pas son nom mais qui la fait !

L’ intelligence collective y est en actes

L’on peut avec tant et tant d’exemples montrer que nous pouvons aller bien plus loin au local que notre tradition centralisatrice nous le fait accroire…

Bien entendu, il ne s’agit pas de localicisme de clocher !

Les grandes règles qui organisent la vie publique mais aussi économique  et sociale se décident  à l’assemblée et au gouvernement, à la Commission européenne, dans la compétition économique générale générée par le libre échange mondialisé, dominée par les “Maîtres du Monde” (Ziegler) dans leurs instances mondiales privées (Davos, groupe de Bildeberg..) . La planète libérale s’y gère par des instances de “Gouvernement invisible” (OMC, BM, FMI, ..) et dans les rencontres entre chefs d’états des pays riches, alias les pays qui accompagnent le capitalisme globalisé au profit de leurs élites  (G8, G20)
Hélas l’ONU marginalisée ne dicte plus les règles . Elle les subit en grande partie (cf le très édifiant documentaire d’ARTE sur l’Organisation Mondiale de la Santé,  aux mains des multinationales (pour faire court).Une bataille pour la renaissance de l’ONU est selon nous aussi légitime que celles visant à stopper l’extraction…
Loin de nous d’abandonner aux puissants milliardaires leur terrain de jeu polluant et destructeur.
Mais peut être que de telles expériences-qui se développent-d’économies locales ré-enchassées dans le social, (mieux que l’ESS), dans les cultures locales et populaires, dans un rapport plus étroit avec la  nature ne sont pas du pétainisme localiciste mais ccontribuent  à la décroissance de la mégamachine carbonée capitaliste…s’agissant des régies publiques…et de la démocratie horizontale directe…

Aux législatives votons insurgé et surtout bougeons nous …pour changer les règles, du moins contenir les plus libérales et destructrices qui arrivent !!!

Ce pouvoir est celui des formatés des grandes écoles ENA,  ESSE, sup de co, dont commerciales et des ex managers des grands groupes privés (sauf AREVA pour le premier d’entre eux) Ils voient la gestion managériale appliquée à notre pays. Ahurissement de les entendre dès leur nomination. La France comme une tête de gondole dans la concurrence mondiale

mais le droit du travail rabaissé pour enchaîner à la rentabilisation du capital, les services publics dévorés par tranches pour que nous soyons tous soumis à la marchandisation généralisée (y compris de l’éducation) …., cf ce documentaire d’Arte sur les frais d’inscription pharaoniques en GB et aux USA, les prêts aux étudiants pour se les payer ..mais 40% ne le peuvent ensuite enchaîné aux pénalités…  rembourser

Et en 2020 prenons en main  nos territoires

Que se montent, se développent, se fédèrent, se colportent  les  expérimentations, initiatives, projets de territoire, qu’ils s’apparentent ou pas aux transitions énergétiques, aux territoires à énergie positive

Et pourquoi ps ?

dans la visée de se soustraire à l’économie du désastre (accumulation du Capital, libre échange, chômage de masse, délocalisation,  croissance, spéculation, extension urbaine, saccage de la nature, extinction de la biodiversité, empoisonnement général … ) à partir de politiques locales non pas de croissance reproduisant le même système à l’échelle locale, mais de PERMA -ECONOMIE (endogène, écologique, socialisée) appuyée sur l’horizontalité démocratique, la  collégialité entre le maximum d’habitants

AD

Partagez cet article..Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *