Bœuf contaminé à la tuberculose : nouveau scandale sanitaire ? ou ordinaire de l’agro-alimentaire au stade suprême ?

Partagez cet article..Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

 « Le Canard Enchaîné » (qu’on vous conseille souvent ici) révèle ce mercredi 25 octobre que 3.000 tonnes de viande contaminée seraient vendues dans les supermarchés.

Scandales à répétition ?

Non plutôt l’ordinaire du système agroalimentaire !

Au risque de lasser répétons que la production agro alimentaire de masse (bio et local : encore à peine 8% ) rémunère les investisseurs c’est à dire les actionnaires c’est à dire le Capital investi par des millionnaires et milliardaires et quelques petits porteurs, qui ne veulent que du retour sur investissement (de la plus value) et donc imposent et des cadences infernales ruinant la vie des ouvriers et des fabrications toxiques ruinant la santé des humains pauvres et de la nature,  « pourvu que ça rapporte »
Je sais cette finalité est impensable pour une bonne partie des humains qui étant des âmes généreuses et saines ont du mal à se mettre à la place des riches propriétaires (et leurs affidés) des moyens de cette production toxique donc de leur violence (Pinçon-Charlot, Marx)
Comment penser l’impensable course à l’abîme qu’ils produisent dont nous voyons déjà quelques beaux symptômes (ouragans, incendies monstres; sècheresses prolongées, disparition des abeilles, extinction de la bio diversité, souffrances des parents dont 1 enfant sur 70 est né autiste, des 8 millions éjectés du salariat, des 3 millions d’enfants ne mangeant pas à leur faim ici et 800 millions sur le reste du globe)…dont nos enfants auront, si ça ne bouge pas en masse, à subir l’impact terrifiant.(Nourrir l’Europe en période de crise Pablo Servigne, Et Comment tout peut s’effondrer)

Comment identifier les causes puis les causes des causes afin de ne pas faire que des cortèges  ou des initiatives closes sur elles mêmes ?

Comprendre le système agro alimentaire

-où s’y produit en usines énormes la malbouffe qui rend 37 % de nos enfants malades.

Un documentaire a donné à voir comment une seule usine d’éclairs au chocolat les produit d’une manière entièrement automatisée par  millions : bonjour les farines au gluten, les pesticides et autres additifs, le sucre raffiné, l’huile de palme, le trop de sel, les émulsifiants, les conservateurs, les colorants, les exhausteurs de goût, et autres particules chimiques. Ils sont tous congelés en bout de chaîne. La livraison se fait au petit matin aux boulangers pâtissiers dont plus de 90% vendent du surgelé industriel.

On peut lire sur ce site ce qu’il y a dans une tarte à la cerise in « Du poison dans notre assiette » de Marie Monique Robin. Résultat : « un empoisonnement universel » (Nicolino)

-où aux Etats généraux de l’alimentation voulus par le présiden, c’est l’agrobusiness qui régale comme l’a montré le Canard , (encore lui) les industriels pilotant la moitié des ateliers  avec ce coordinateur choisi par Macron : le porte parole de la FNSEA et de l’agriculture industrielle, lui même possédant  128 ha 400 vaches et un poulailler industriel….. Paysans et écolos y ont fait de la figuration…Pendant ce temps les autres scandales continuaient : avec entr’autres,  un  cancérigène, le fibronil, présent dans des milliards d’oeufs, la fin des aides à l’agriculture bio, et maintenant 3.000 tonnes de viande contaminée qui seraient vendues dans les les grandes surfaces .

-où , les supermarchés disposant d’une centrale d’achat commune, peuvent faire pression sur les fabricants pour en obtenir les meilleurs prix au détriment de la qualité

-où l’agence de sécurité alimentaire de l’Etat connaît les conflits d’intérêts « à répétition » puisque soit de chers professeurs ont leurs labos financés par de grandes sociétés soit ils pantouflent dans le privé soient ils sont sous pression des lobbies nombreux qui leur vantent les dossiers de leurs firmes, lesquelles sont « tenues » de faire elles mêmes les rapports de recherche sur la toxicité de leurs produits

-où les abattoirs sont les lieux d’une violence qui a crevé l’omerta et où l’industrie de la viande non seulement obère la santé des humains et celle de la planète, mais détruit les subsistances des petits paysans du sud et surtout d’Amérique latine (lire « Bidoche » de Nicolino et sur ce site Réduire la viande (in alimentation)
Ils sont expropriés au profit de l’exportation de dizaines de millions de tonnes de céréales vers l’Europe pour nourrir les bestiaux hors sol, avec du soja OGM gorgé de RoundUp

-où l’herbicide le plus utilisé dans le monde, le RoundUp, au glyphosate, produit en millions de tonnes , au point que 80% de nos cours d’eau en sont pollués ainsi que les produits de l’agriculture intensive et dont le professeur Ceralini, université de Caen, a montré qu’il générait des cancers parmi la masse des souris de son laboratoire, ayant consommé juste du soja OGM arrosé, lui même ayant été soumis aux fortes pressions de la puissante multinationale Monsanto (MM Robin 2008 « Monsanto une multinationale qui vous veut du bien »); et dont l’OMS compulsant d’autres recherches dans d’autres pays a affirmé qu’il s’agissait bien d’un « cancérigène probable »

-où cette puissante multinationale  a truqué ses résultats , diffusé des publicités mensongères, a trusté l’agence américaine de mise sur le marché, les chercheurs comme les autres firmes du tabac, de l’aluminium, de l’amiante, du pétrole, des plastiques…etc

-où elle a mis en tutelle les gouvernements, les élus,  y compris la Commission de l’Europe dont on voit  ces jours qu’elle envisage de proroger l’autorisation du RoundUp pour 10ans, sauf qu’un million d’européens ont signé pour l’interdiction de ce cancérigène probable, et du coup elle commence à tergiverser : 7 ans, 5 ans ???? La France est sur 3 (Hulot) ou 4 ans (Philippe) !!!

La décroissance de cette méga machine ou de ce système s’impose, et toutes nos actions de la gratiféria à l’amap, du collectif citoyen,  à la transition, du syndicat à la coalition climat…tou.tes se devraient d’entrer cet horizon dans leur logiciel, afin que connaissant et faisant connaître  la cause des causes des effondrements (80% des insectes ont disparu de France et d’Europe ces 30 dernières années) l’on ne soigne pas seulement les conséquences (pansements utiles mais insuffisants) mais que l’on s’emballe pour faire unité et convergences dans un mouvement mondial, national, local qui se passerait de cette économie écocidaire et destructrice sociale pour aller à la construction d’une perma économie locale résiliente sobre bref conviviale …misant sur la préservation des biens communs, et donc en capacité d’affronter de façon civilisée, les désastres qui s’avancent, en contraignant par un rapport de force, non violent du grand nombre, ces multinationales et états à stopper les destructions…
Quant à nous produisons via nos luttes collectives , nos collectifs, la politique non politicienne, la solidarité sans enfermement compassionnel, la culture et l’éducation critique, la démocratie directe, le débat, l’échange, les savoirs les expérimentations  la grande bifurcation de la décroissance systémique et de la  conversion vers  la convivialité au local, au nationale et au mondial

AD

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/boeuf-contamine-a-la-tuberculose-vers-un-nouveau-scandale-sanitaire-7790664101

 

Partagez cet article..Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *