Formations

 

logo_haut.jpg

Les formations proposées par la CEN

Avertissement
Elles s’adressent à tout public. Les conditions sont négociées au cas par cas afin d’ajuster les prix aux moyens détenus par les demandeurs…institutions ou associations…et même gratuites pour les groupes alternatifs avec réciprocité de services, ou au chapeau ou à prix libre…

Elles donnent lieu au préalable, à une analyse des besoins, réalisée en commun selon un mini atelier soit d’écriture sur les « paradoxes » soit de projection des envies sur tableau confrontées à une analyse des conditions réelles.

Une forme de contrat est alors acté.

Le règlement s’effectue directement à l’association avant (à minima 50%) ou pendant la formation….mais pas après vu la minceur des moyens administratifs (comptabilité) de l’association Cen qui ne peut faire des rappels à répétition (*)

Les frais de séjour et de déplacement sont réglés  à l’intervenant/e.

Certains des dispositifs présentés ici étant des créations sont soumis aux règles de leur non diffusion sans accord préalable. Et en tous les cas avec mention des auteurs et de l’association porteuse.

(*) Rappel : la CEN  est une nébuleuse avec un noyau structurant, l’écologie sociale, la conquête des autonomies alimentaire et énergétique sous régies publiques et démocratie directe et la co-production des savoirs, devenant motrices d’une « bio » économie résiliente, endogène et intégrative à l’échelle du territoire mais pas autarcique !!! ) une sorte de réseau  en mouvement intégrant nouvelles personnes et nouveaux concepts au fur et à mesure des mouvements conflictuels qui traversent la société, l’écologie, la politique…via ses AG Rencontres participation à divers collectifs, et via ses débats sur sa liste Echanges  où sont des adhérents et amis et des personnes très socio philo diverses (par exemple le dernier débat sur « que faire avec l’état de droit(E) ? » ou via des rencontres comme la dernière : l’Ecologie sociale pour le post capitalisme à Lyon.

(1) Le JEU de l’ILE

Un puissant jeu de simulation de la vie économique et sociale (et psycho-sociale !) sur trois zones d’une même planète…

Création : Claude Zerbib (*)
Animation : la Cen (
André Duny ex animateur GFEN ex Formateur professionnel)
Objectifs :
1-une introduction à l’économie mondialisée ou locale, en contexte de croissance avec crises écologiques sociales et économiques : à partir d’un vécu dense d’échanges intra zones et d’échanges entre elles, on peut aborder avec quelques concepts-clés, les principales fonctions de l’économie au sens basique dont son inscription dans la nature (**) le social et la culture d’où ses limites

2-une exploration plus psycho sociologique des stratégies mises en oeuvre par les groupes et les participants, renvoyant à leur culture profonde, à leur rapport au savoir, au pouvoir, au réel…et de nature à nourrir des changements personnels…

(**) tirage aux sort des aléas climatiques

PRESENTATION GENERALE

Ce jeu de simulation se réalise en trois groupes séparés A, B, C (4 à 8/9 personnes chacun) affectations tirés au sort.  Chacun/e sur son territoire, doit assurer la production des moyens de son existence : logements vêtements, nourritures Dépenses récupérés par le meneur du jeu…Il en résulte un vécu commun fort, des dynamiques « commerciales » inter-groupes et des concertations intenses intra groupe…
Chaque groupe dispose en effet de un an de réserves alimentaires, habillement, logement, outillage pour la consommation, la production et les échanges.
La seule consigne après tirage au sort des zones est VIVEZ !
Chaque demi-heure de jeu représente 6 mois de production et d’échanges rythmés par l’animateur/trice qui fait juste respecter  les conditions dont certaines sont tirés au sort.
L’animateur-trice récupère ce qui a été consommé et remet les productions selon les choix opérés : des jetons plastiques de tailles et couleurs variées matérialisant vêtements logements nourritures outils de production et d’échanges et dans une variante les quantités d’énergie consommée ou produite…
Des fiches sont remises au départ qui indiquent les consommations intermédiaires pour produire et les consommations pour demeurer en vie.
Chaque groupe est flanqué d’un observateur discret avec une feuille où sont consignés les échanges.Le jeu s’arrête en général au bout d’une dizaine de périodes selon les situations

L’ANALYSE

A la suite du jeu au minimum trois heures sont requises pour une bonne « profitabilité » c’est à dire pour tirer des enseignements qui accompagneront longtemps les joueurs/euses. La mise en relation des données locales sur un grand tableau ouvre les échanges, les mises en perspectives et les prolongements théoriques.

Il s’agit d’abord de mettre en lumière les stratégies et choix opérés sur une fléche des actions et choix dessinant une stratégie souvent inconsciente d’elle même
-préparée durant 1h par les habitants de chaque zone ou territoire (auto analyse) et rapportées en grand groupe
-rapport des observateurs/trices et chocs des visions zone par zone
L’auto-analyses de chaque groupe est confronté au rendu objectivant des observateurs. Au cours de cette phase émergent des interrogations et des questionnements plus profonds
-un débat général avec consignation sur tableaux de papier au fur et à mesure des questions émergentes ou des approfondissements voulus
-possibles mises au point théoriques brèves avant d’examiner les prolongements possibles

                                       Deux plages peuvent s’ensuivre

L’une
1-Une exploration plus psycho sociologique des stratégies mises en oeuvre par les groupes et les participants, renvoyant à leur culture profonde, à leur rapport au savoir, au pouvoir, au réel…et de nature à nourrir des changements personnels…en tout cas de réinvestir de nouvelles approches dans les pratiques professionnelles et les pratiques associatives des uns et des autres (2h sur ce dernier point)
L’autre
2-Un approfondissement qui peut se faire via un dispositif, comme celui monté à Genève, d’une émission sur un plateau de télévision préparée en petits groupes chacun sur un dossier clé de l’époque sur les 4 crises : écologiques économiques sociales et culturelles approchées au cours du jeu dans ses variantes évènements climatique déplétion énergies fossiles représentations mobilisées dans les échanges…avec à disposition une banque de données (documents papier courts et denses sur ces 4 crises)

Selon le temps soit les 4 (approche systémique globale complexe) soit un secteur plus particulièrement

a)-une introduction à l’économie mondialisée ou locale, en contexte de croissance ou de crises écologique et économique : Enigmes du fonctionnement de l’économie du capitalisme mondialisé en récession (concepts-clés dont la crise de la rémunération du capital avancé dans les productions et marchés financiers), son taux de profit, sa dé-inscription du social, ses limites écologiques : croissance illimitée sur planète finie, l’empoisonnement, la fin des énergies fossiles bon marché, et le cortège des croyances au progrès en la reprise de la croissance en la compétitivité aux bienfaits de la concurrence entre régions…en la liberté de circulation en l’auto régulation des marchés…délivrés des régulations étatiques…)
b)-les crises écologiques
c)-la crise sociale-politique-démocratique (crise de la représentation, montée des inégalités, société brownienne, biens communs délaissés par des individus en proie à leur petite entreprise individuelle)
d)-la crise culturelle (les cultures d’évasion et de dérivation, l’individualisme des particules élémentaires confrontée au malaise consumériste et au vide de la pensée de masse..)

Le plateau fait jouer surtout les thématiques alternatives qui convoquent par nécessité l’analyse de ce qui est en train de nuire aux humains et à la nature et qui doit être dépassé…
Il débouche sur l’analyse du jeu en plateau des intervenants Et des solutions avancées par eux


C’est la fonction des auditeurs : ils doivent produire des affiches mises en lecture par groupes avant confrontations en grand groupe. Puis soit un débat final sans conclusion (si utile) juste avec des prolongement de l’intervenant/e Soit la ariante : un retour aux réinvestissements dans les pratiques professionnelles et associatives locales …

Sont requis :

L’animateur/trice, sa mallette de jetons et de règles de production/échange, sa feuille du jeu

Trois observateurs/trices soit amenés, soit choisis parmi les stagiaires avec leur fiche d’observation et un moment de formation en amont sur les objectifs assignés au jeu,

Temps nécessaire :
8/9h : soit une journée de 9h à 19h, avec pause 1h au repas de midi, ou une journée de 6/7h suivie d’une soirée d’analyse ou d’une autre journée le lendemain (voir less variantes d’analyse)

6h de jeu environ (+-30 mn) soit une bonne dizaine (ou un peu plus) de phases de 30 mn

3h/4h ou une seconde journée (de préférence) : les ANALYSES et PROLONGEMENTDS

Prix (Déplacement Prestation Documents d’accompagnement) : voir nos conditions au 06758005679

 Formations CEN au JEU de l’ILE

Jeu complexe et puissant qui requiert des notions d’économie autant que de dynamique des groupes et des données sur les crises en cours
Quatre incontournables : 1-vivre le jeu, 2-l’observer, 3-le co animer comme adjoint,4- l’animer avec un coath

A NOTER :

D’autres jeux de simulation issus de nos animations au GFEN ou ailleurs font partie du fonds documentaire de la MEDIATHEQUE de la CEN (qui comprend aussi des dizaines de films, CD, des dossiers thématiques papier, une librairie ambulante une bibliothèque de prêt aux adhérents…) sise au siège de la Cen (21, rue des Mouettes 07130 à Cornas, banlieue de Valence (Drôme)

Parmi les jeux : jeu Vert ou Rouge (2h30:3h), jeu des trains, jeu de l’équilibre de la terreur, jeux de coopération donnant lieu à analyse…et aussi « Jeu de la banane » (6h avec analyse), « Jeu de l’immeuble » (racisme), …

(2) « Les ATTENTES » 

(Ou la réalisation automatique des prophéties interpersonnelles et sociales)

Dispositif de formation par l’auto et co-construction ou auto-socio-construction du concept d’effet Pygmalion

Dispositif constructiviste créé par André Duny en 1976 au GFEN pour la formation (et transformation personnelle) des enseignants, travailleurs sociaux mais aussi parents et étudiants adaptable à tout public

Les applications (et transformations) personnelles et collectives sont nombreuses ne serait-ce que dans les militantismes et les bénévolats associatifs qui, en espérant le meilleur des humains contribuent largement à le faire éclore et qui à l’inverse à toujours redouter le pire parviennent à le provoquer….

Durée 4 h minimum (optimal 5H pour plus d’analyse et pour un moment richissime de « transferts » aux pratiques professionnelles sociales associatives familiales

Utilisé dans de très nombreuses formations en France.

La compréhension du phénomène psycho-social des « attentes » (ou réalisation automatique des prophéties non conscientes) quand elle est ainsi largement construite par les participants/tes (reconstruite pour certains/nes) leur ouvre l’accès à des modifications étonnantes de leur pensée comme de leurs comportements et pratiques notamment professionnelles mais aussi « citoyennes » dans les domaines de l’action économique, médicale, éducative, sociale, culturelle et dans les communications interpersonnelles non verbales et verbales.

Prix : Déplacement Prestation Documents d’accompagnement fournis articles théoriques : voir nos conditions au 06758005679

(3) VERT et/ou ROUGE ?

Jeu festif et instructif tout public de 7 à 77 ans. de simulation ludique de la vie sociale, économique, éducative, dans la famille, l’école, l’entreprise, l’association, l’espace public

Se joue par paire de joueurs avec 2 jetons rouge et vert chacun…à 8 personnes à 80 ou à 800 !

On y rit  et on y réfléchit .
L’analyse des tactiques de jeu se fait par 2, par 4 puis tous-tes ensemble.
On en tire des pistes transférables aux pratiques sociales et écologiques à l’opposé des cultures de concurrence et de coopération…

Excellent pour mettre les consciences sans dessus dessous …

Durée 2h30 avec l’analyse par les participan/tes, les prolongements sociaux et écologique

Plusieurs stratégies possibles selon les « inconscients sociaux » au temps de la « modernité libérale » : GAGNER en abusant la CONFIANCE de l’AUTRE ? FAIRE PERDRE l’AUTRE tout en PERDANT aussi ? GAGNER et FAIRE GAGNER l’AUTRE ? …

A NOTER :

D’autres jeux de simulation donnant lieu à analyses, font partie du fonds documentaire de la MEDIATHEQUE de la CEN (dont films, CD, des dossiers thématiques papier, librairie ambulante et bibliothèque de prêt aux     adhérents…) : Jeu de la banane, jeu de l’immeuble, jeu des trains, jeu de l’équilibre de la terreur, jeux de coopération … 

(4) La SOUMISSION à l’AUTORITÉ

De l’angoisse d’abandon aux théories de l’engagement et de la « banalité du mal » hiérarchique à « la vague » autoritaire/fasciste
Comment comprendre à la fois les adhérences agentiques  (la subjectivité soumissive) et quelques « mécanismes » (sociaux politiques) qui ont fait et font participer en masse à des oeuvres  de destruction massive  : nazisme, génocide,
stalinisme

Aujourd’hui de nouvelles vagues se forment…

Ce dispositif inédit et complexe articule  des simulations historiques  et des jeux théâtraux reproduisant et aident à mettre au jour des phénomènes invisibles fonctionnant dans le réel.
Il fait é
prouver en soi au fur et à mesure du déroulé, les mouvements de la conscience  et des affects qui accompagnent les faits de soumission. Tout au cours de la journée  les participants sont invités  à mettre au jour les fils des engagements et des dissonnances pour  les tisser à la fin en une approche de modélisation ? Il s’agit donc bien dans cette démarche socioconstructiviste de commencer à produire des savoirs vivants de  compréhension des processus de la collaboration aux systèmes d’oppression.

On en ressort capable d’appréhender la banalité des maux en  institutions de pouvoir ordinaires comme  l’obéissance dans les grands systèmes étatiques ou économiques 

L’on finit la journée sur l’alternative : comment construit-on le pouvoir de dire non ? la capacité à ne pas se soumettre individuellement et collectivement ? …comment alors développer la créativité sociale ou la sculpture sociale comme dirait Joseph Heinrich Beuys, artiste plasticien allemand, ex pilote de chasse nazi abattu dans le Caucase, et capable de créer  ensemble une société sans oppression ?
Créé par André Duny (1985) pour les stages du GFEN, ce dispositif complexe (non encore publié à la différence des autres) a été employé  notamment  dans diverses journées de formation et réflexion en France et à Genève

Durée : la journée de 7h incluant les analyses

Pas mal de matériels pour les simulations et 6/7 petites salles séparées

Prix (Déplacement Prestation Documents d’accompagnement) : voir nos conditions au 06 75 80 05 79

(5) EDUCATION FORMATIONS RÉFLEXION:

-COMPRENDRE L’ECOLE
-CHANGER de PARADIGME EDUCATIF

A-De l’école de l’impuissance à l’éducation émancipatrice

Conférence théâtralisée avec simulation historique

Suite de « A quoi sert l’école ? » Déc 2013

PHASE 1
Nous sous situerons en 1880, à la veille des lois organiques sur l’école, portées par le Président du Conseil de la 3ème République naissante, Jules Ferry. Nous simulerons quelques rôles des acteurs de l’époque attelés à la question de  « l’état et de l’éducation » aux temps de la révolution industrielle après la Commune et la perte de l’Alsace et de la lorraine». Rôle avec courts textes de : Ferdinand Buisson, Karl Marx, le Pape Léon 13, Jules Ferry, Dillinger (le patron des patrons de l’époque), Bakounine, F Peloutier, la Commune de Paris, Schneider (maître des forges)…etc. Histoire de mieux comprendre les enjeux qui ont alors présidé à dessiner les grandes lignes de l’école d’état républicaine, fondement de celle d’aujourd’hui, en crise…

PHASE 2
Quelle éducation émancipatrice ? Ou dit autrement : quels enfants laisserons nous à la planète ?
Dispositif participatif à partir de situations éducatives innovantes connectées à la nature la société la vie pour co-construire les invariants d’approches émancipatrices/libératoires/

B-Conférence participative avec enquêtes historique et sociale sur l’éducation

A
L’EVALUATION, ARME de DESTRUCTION

En 2 parties

1-La Note un engrais qui ronge

2-L’évaluation régulatrice intégrée à la production solidaire de savoirs (ni note ni hiérarchisation ni jugement ni invalidation)

B
A QUOI SERT L’ÉCOLE ?

C
L’ÉCOLE DE JULES FERRY (par ceux/celle qui tentent d’en sortir)

(5)-ATELIERS D’ÉCRITURE

(artistique (poésie/slam) , réflexifs (pour écrire et problématiser le réel, exemple : analyse des besoins)

(6)-INTERVENTION sur l’ESPACE PUBLIC

Ecritures réflexives sur l’espace public :
affichages, lecture théâtralisée ou pas, débats improvisés,

Théâtre invisible

Démonstrations : cuves à bio gaz méthane,  murs porteurs paille bois terre eau, chauffe eau solaire, petit éolien…) Faire écrire et réfléchir sur l’espace public :

Crieurs publics et lanceurs d’alertes en plein vent

(7)- AUPUSS : Alimentation et agriculture urbaine périurbaine saine et socialisée : construire l’autonomie alimentaire territoriale au temps des « crises »

ou reconquête de l’autonomie alimentaire territoriale dont incroyables comestibles, agroécologie, permaculture pour (entr’autres) cantines 100% bio-sociales et autres circuits directs de l’humus à la table  

(8)-TRANSITION ÉNERGÉTIQUE ET SOCIALE

Vers l’autonomie énergétique territoriale en renouvelables sur ressources locales pérennes, en démocratie économique et en régies publiques au temps des catastrophes. Projet PETARD de la Cen

(9)-DÉMOCRATIE DIRECTE TERRITORIALE (ou DDT) : pourquoi faire ? comment ? avec qui ?

La DDT existe, nous l’avons rencontrée ici même (et non réduite aux référendums citoyens ni aux seuls tirages au sort)

(10)- COMMENT MONTER ET CONDUIRE une ENQUETE ACTION

en direction des publics absents des salles publiques, destinée à (re) MOBILISER sur des enjeux locaux?

(11)-MONTER ENSEMBLE des PRATIC (Projets Populaires Résilients et Alternatifs de Territoire d’Initiative Citoyenne)

ou la SOCIETE CIVILE s’organise en contexte de malgouvernance / délégation/démission/oligarchie:ploutocratie locale

Motif : Maintenant qu’ils sont aux affaires communales/territoriales comment faire pour que la population ne subisse pas la destruction du monde qui s’accélère : bétonnages bitumages, recherche de gaz de schistes, nouvelles grandes surfaces, projets inutiles d’aéroports et grands stades, Tri Bio Mécanique TMB, chaufferies bois géantes cramant les forêts en coupes rases, méthanisation de déchets toxiques, crédits publics pour sociétés privées, artificialisations générale des terres vivrières… ?

Le PRATIC de la Cen pour prendre en main tous ensemble le territoire

Savoirs et outils d’appui aux dynamiques locales

-intervenir dans le quartier et la cité sans s’arrêter à la sacro sainte délégation de pouvoir,

-pour mettre en branles des forces sociales écologiques culturelles…

-pour la priorisation des besoins par immeubles, par quartier, par groupes d’intérêts, puis par comité de priorisation des priorités…

-pour que soient co-construites les décisions avec à minima 10% de la population associée en direct

Les diverses approches de la gouvernance englobante appelée démocratie directe : tirages au sort, référendum d’initiative populaire, séparation des pouvoirs, médiations, budget participatif…

Films débats sur le budget participatif, Marinaleda, Vandoncourt…Porto Alegre, Issam…

Partage d’expériences alternatives sous forme constructive interactive avec les outils de la nouvelle « éduc pop » :

1°-le sosie, ou revécu simulé par les participants des stratégies de territoires ayant réussi et l’association au pouvoir d’au moins 10% des habitants (souvent après des luttes contre l’artificialisation, les grandes surfaces, les projets inutiles…)
Pour nous ici le cas Saillans liste élue dès le 1er tour, avec 130-140 personnes en 8 commissions associées en direct aux décisions (voir site de la Cen)…Vandoncourt (proche Sochaux) (voir récit sur le site Cen de deux amis Cen mandatés par elle pour une semaine d’enquête)

2°-l’enquête action,

3°-diverses formes d’intervention dans l’espace public comme lieu de débat de colportage d’alternatives résilientes et de projet solidaires : on expérimente en vrai on théorise ensuite.

4-vidéos, écritures sur l’espace public, atelier « écrire la ville », crieur public, jeu de simulation, débat mouvant ou
Un Projet Populaire Résilient et Alternatif de Territoire d’Initiative Citoyenne

Recherche en partenariats ou co-organisation des transitions et résiliences qui conduisent à une sortie d’un système mortel pour les espèces dont humaine et particulièrement les plus pauvres gravement impactés par les changements climatiques et la mondialisation alias le marché libre et non faussé 

Comment associer le max de la population à RESISTER et CONSTRUIRE côté DEBUTS  de sortie du SYSTEME par le BAS

Expériences à partager des collectifs existants de lutte et de contre pouvoirs…

Du volontarisme d’actions coups de poing (jardins en HLM) à la remobilisation locale à la conscientisation

-aux enjeux globaux
-aux solutions alternatives (des millions de révolutions silencieuses à faire éclater et colporter au grand jour)
-qui tressées ensembles dessinent un développement local riche en emplois de qualité, sous contrôle de la démocratie directe et sociale, sans croissance quantitative ni carboné ni nucléaire ni industrialiste ni productiviste ni consumériste ni prédatrice de la nature  …

NOTES

 (*) FILIATION du JEU de l’ILE
Inventeur : Claude ZERBIB, Economiste anti-libéral. Décédé.

Membre d’un Organisme officiel d’économistes rémunérés par l’Etat, chargés d’éducation économique des citoyens. Cette instance a été supprimée par Giscard-Barre aux environs de 1977 comme “repère de marxistes” (sic).
Ils ont créé de multiples jeux de simulation à dominante économique.
Claude Zerbib a aussi travaillé à d’autres jeux de simulation dont un destiné à l’implication des habitants dans les projets d’urbanisme concoctés pour eux mais sans eux.
Le jeu de l’Ile a été remasteurisé au GFEN (GFEN groupe français d’éducation nouvelle, transformation des pratiques d’enseignement et éducative). C’est là que je l’ai découvert et connu son auteur.

 

 

Quelques autres orm’actions et animations Cen

(TRAMES négociables et adaptables à votre contexte et vos objectifs)


1-

« Solutions locales écolo sociales au mal logement »
ou comment se loger sain et pas cher sans investisseurs autres que publics ou groupés en SCIC au temps du mal logement et des intempéries (écologique/économiques) globales » ?

 

2-
« La Démocratie vraiment Directe : une bactérie baladeuse qui pourrait nous guérir des gouvernances oligarchiques et promouvoir enfin les biens public ou communs ?

Les cas Saillans, Vandoncourt , Marinaleda, Porto Alegre.

Comment faire par ici en PRATIC (en « Projet résilient et alternatif de territoire d’initiative citoyenne ») ?
Avec support
« La ville est à nous » vidéo film 40 mn et débat en petits groupes avant après sur le BP (budget participatif). « Marinaleda » (film documentaire mais pour retrailler la question de l’agriculture vivrière plutôt qu’industrielle, fût elle bio

« Résonnance locale »: des assemblées locales et des commissions thématiques d’habitants pour des listes « société civile » suite à la défense opiniâtre des ressources vitales de leur territoire. Divers modèles de participation, discussion, consensus et d’arbitrage de la décision. Des outils du travail démocratique en groupes et de l’intelligence collective.

3-
Révolutions tranquilles des résiliences, autonomies alimentaire énergétique et culturelles dans les territoires

« Tous les indicateurs écologiques et économiques sont au rouge » Diagnostic, à partager, par petits groupes textes et données de fond
Les périls s’additionnent et montent.
Les solutions locales résilientes aussi ainsi que les luttes pour préserver les ressources vitales. …et l’avenir des générations présentes

Puis
Gussing (vidéo de 15mn Autonomie communale 100% en Energies renouvelables , bonjour les emplois de qualité, finie la dépendance et les émissions de GES) et Mouans Sartoux (13mn Cantine bio 100% un bien commun essentiel via régie publique foncière/maraîchère). Villes en transition (courte vidéo).
Textes courts : Incroyables comestibles/Calderdale (GB) 80% d’autonomie alimentaire en gratuité totale ???

Retour en groupes locaux de résonnances et de projets.

 

4-

Vert ou Rouge ?

Jeu festif et instructif tout public de 7 à 77 ans, de simulation ludique de la vie sociale, économique, écologique…. Se joue par pair de joueurs .Durée 2h30 avec l’analyse par les participan/tes (en petits groupes).Plusieurs stratégies possibles : GAGNER la CONFIANCE de l’AUTRE et le FAIRE PERDRE ? PERDRE SOI et FAIRE PERDRE l’AUTRE ? GAGNER SOI et FAIRE GAGNER l’AUTRE.
Au final
Quelles NOUVELLES solidarités et biens communs POSSIBLES dans une société où elles et ils se DELITENT les uns après les autres ?

 

5-

ECOLE/ÉDUCATIONS : Quelles éducations pour une planète mal en point ?

CONFERENCES par CO-CONSTRUCTIONS
e
n DEUX SESSIONS DE 3H : Ce ne sont pas des conférences-débats ni gesticulées ni théâtralisées mais de véritables co constructions !!!

Sous thèmes :
Comment sortir d’une école de la peur et de l’inégalisation ? Dedans ou dehors, comment construire la confiance et le pouvoir d’agir en commun sur le territoire ?

Session 1-

Une simulation historique impliquant tous les participants/tes

Pour comprendre les fonctionnements pédagogiques si inégalisants et invalidants (diagnostic partagé) remontons à la NAISSANCE de l’école publique obligatoire par un jeu théâtral de simulation historique impliquant tout le public comme acteur de la pièce écrite il y a 130 ans.

C’est amusant, c’est « auto » instructif :

 

 

En 1880, après l’école mutuelle, et trois révolutions, nous sommes à la veille des grandes lois fondatrices.
Chacun/e est un acteur/trice de l’époque (par exemple pour la doctrine de l’Eglise l’on y joue Léon 13, Pape, ou le patron des patrons de l’époque Dellinger, ou bien sûr Jules Ferry et son chef de cabinet Ferdinand Buisson)
Un texte est donné à lire au préalable, pour une « déposition » à la Commission de l’ Assemblée Nationale Les participants/tes vont
de surprises en surprises !
C’est une entrée en profondeur dans les enjeux socio pédagogiques (et politiques) des choix pédagogiques (rapports au savoir et à l’autorité) opérés par les pères fondateurs. Ces choix essentiels ont survécu jusqu’à nos jours.

Revenir au départ nous évite quelques querelles.

 

Session 2-
Comment amorcer les changements pratiques du paradigme dominant ?

(et dans les écoles publiques et même dans les écoles nouvelles, cf nos interventions à l’ANEN : les compétences et l’évaluation régulatrice sans notes ni ceintures ni hiérarchisations ; la démarche de projet entre émancipation et manipulation )

a-Des expériences pédagogiques novatrices sont expertisées en petits groupes par le public qui monte de courtes scènettes sous formes diverses (au choix)

b-Les spectateurs dégagent les invariants notés au tableau par post-it

c-Le « conférencier » prolonge cette production de l’intelligence collective et met en perspective :
Entr’autres, il est possible que de la maternelle à l’université, du service public aux écoles alternatives, les « élèves »  construisent du pouvoir d’agirommon décency dans leurs comportements et une lucidité sur le fonctionnement du système et comment échapper à l’enrôlement  : entr’autres en apprenant par recherche action sur les pistes du développement local résilient et endogène démocratique soutenable et solidaire

d-résonnances locales : échanges de projets concrets.

André DUNY formateur professionnel et militant
Renseignements : 0675800579

 

 

 Posted by at 12 h 30 min

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)