Ils n’ont pas changé nos vies mais changé d’avis..Dégagés ! Voici les entrepreneurs ! Et nous laisserions toujours faire ?

Partagez cet article..Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

On le voit presque partout : nos révolutions sont trahies de l’intérieur par des ordinaires ou des leaders aussi sympas qu’inconscients de leur trahison. En haut -et dans nos collectivités territoriales – c’est par l’abdication de notre « pouvoir citoyen » pour d’autres délices ou galères, que des décisions catastrophiques sont prises pour nous. Quant à la course aux maroquins Placé, Duflot, Coste sont emblématiques …
Il y a du bon dans les crises : le dégagisme !

Au NOM de la PROMOTION du BIEN COMMUN,  ma PROMOTION

D’autres sont devenu gardes moutons du système : repentis de leurs luttes passées (souvent exemplaires) ils  troquent une  notoriété construite dans des luttes ou les alternatives collectives (collégiales) contre un mandat parlementaire européen ou national bien rémunéré, ouvrant à des avantages consistants, quand ce n’est pas en montant une « tite entreprise qui ne connaîtra pas la crise »

Ils changent alors progressivement d’avis plutôt que la vie,  se servent plutôt que servir, gardent le pouvoir, qu’on leur a délégué, plutôt que le partager, optent pour le développement durable ou la transition ou la croissance verte contre la décroissance de la méga machine du Capital tueuse de planète et de droits sociaux.
L’alternative est trépassée pour l’alternance.

ON LES COMPREND…

Un député c’est en gros  7000 € mensuels d’indemnité parlementaire (ou un peu moins aujourd’hui (vérifiez svp sur .gouv.fr) avec retraite ou indemnité de 20% si pas réélu (1400 en gros mensuels), 40% si 2 mandatures, et 80% à 4 mandatures (20 ans de boulot) !!!
Frais de secrétariat : + 1500
Dotations pour collaborateurs (certains payés au lance pierre et détournés pour le Parti qui les a fait rois : 8 900 (vérifiez sur .gouv.fr)
Réserve parlementaire en libre disposition : 130 000 annuels ; train 1ère gratis, X vols d’avion ; taxis Paris gratis (à confirmer ); etc …
Bien sûr, il faut payer une cotisation au parti. Jadis un parti prenait tout et reversait un salaire d’ouvrier qualifié. Ce temps est bien passé. Et nous avons laissé trépasser cette règle minimale : ne pas parvenir (voir à la fin l’appel de la Commune)

Le MACRONISME ou le COUP d’ETAT OLIGARCHIQUE et PLOUTOCRATIQUE

Alors qu’il s’affiche comme le grand renouvellement on constate seulement 1/3 de nouveaux en politique alors que  plus d’un tiers des candidats d’En marche a sa propre entreprise !!! En quasi totalité cadres, patrons, professions libérales (seulement 2 ouvriers, 11 agriculteurs), « les candidats d’En marche c’est l’entre soi des puissants » écrit justement l’Humanité (toujours accroc au nucléaire à la croissance pour l’emploi, mais si peu à l’écologie ou à la démocratie horizontale !)

Les pantouflages ou passage des affaires commerciales/privées/capitalistiques aux affaires publiques et vice versa et les conflits d’intérêts cachés vont donc foisonner . Ce que la LOI BAYROU ne REGLE PAS !!!!

En clair, des intérêts financiers personnels peuvent être tirés directement du vote d’un texte législatif.

Le MARCHE COLONISE l’ETAT à TOUT NIVEAU

Un bel exemple avec Ferrand coordonnateur d’En marche, et ministre de la cohésion des territoires  qui, élu au Conseil général, a déjà su promouvoir la bonne fortune immobilière de sa femme  comme directeur des Mutuelles de Bretagne (voir 2 derniers n° du Canard)!

-Foucher, directeur de cabinet il est aussi l’ex directeur général adjoint des relations sociales au MEDEF et ex de Schneider Industrie ;

-Philippe (1er ministre), est un ex d’AREVA (nucléaire) ;

-Pénicaud est une ex du CAC 40, comme ex DRH chez Danone

-le secrétaire général de l’Élysée, fut ex directeur financier chez l’armateur MSC (croisières) etc etc

Les partis et En marche sont des écuries de courses où sont sélectionnés les gagnants aux dents longues qui l’emportent sur leurs rivaux. Macron est bien le premier entrepreneur de France.

l’EFFONDREMENT de la DEMOCRATIE représentative

Inventé à l’aube du capitalisme la démocratie occidentale à justement pour fonctionnalité de réussir à écarter le peuple de la gestion quotidienne ou continue des affaires communes. Elle marche fort bien en ce sens, avec la conquête des consciences en amont.
Que l’on se rassure : Macron alias Jupiter n’a aucune intention de réformer la pyramide inversée (0 ouvrier député) la monarchie présidentielle et surtout la ploutocratie (gouvernement de l’argent dans l’ombre derrière la scène de l’Assemblée)  étant, au contraire, dans l’imaginaire inverse : « Le problème posé à la société française c’est…qu’il n’y ait plus de verticalité en France » (excuses : on ne retrouve pas le canard qui le citait)

Mais il est aussi le plus mal élu dans un système en bout de course. Que l’on regarde en face  :

51,29% d’abstentions, un record depuis …1848 ! Non inscrits : 3 millions. Mal inscrits 6,5 millions En résumé :  2 français sur 3 en âge de voter ont déserté les urnes !!!
Ceux d’en haut ne peuvent plus l’obtenir, ceux d’en bas ne donnent plus  leur consentement.

D’où les ordonnances. D’où sans doute les résistances dans la rue (voir pétition ci contre)

Dans cet effondrement en douceur,  les « En Marche » sont surtout forts de la faiblesse de leurs adversaires ! (Huma 14/02)

L’ETAT REDISTRIBUE de moins en moins et se montre de mieux en mieux l’ALLIE des PUISSANTS

Pour adapter les agents sociaux aux conditions du progrès économique, un dispositif a été très efficace en France  : l’état éducateur. Dès la fin du 19è siècle, avec le très colonialiste et libéral J Ferry l’état monte un système scolaire obligatoire et gratuit qui grâce à l’idéologie de « l’égalité des chances » peut inégaliser par le mérite,  formater à la compétition via bonnes notes et concours, fabriquer une noblesse d’état par de grandes écoles. La filière rétrécit le fil de fer, la filière scolaire rétrécit la tête. Soit dit en passant, pour refusde transformer ceux qui héritent en ceux qui méritent,  donc de noter « ses » étudiants, votre serviteur a été sanctionné par la commission disciplinaire  du Rectorat de Lyon .. (dossier « La note un engrais qui ronge » envoyé sur demande)

Pour COMPRENDRE ce qui se PASSE

Rien ne vaut donc la lecture papier,(**) »la presse qui s’achète pour ne pas être vendue » comme l’écrit joliment le journal « la Décroissance »…et l’écoute des radios locales, hélas encore loin de la « conscientisation » (oui oui avec de la bonne musique et de positifs échos des alternatives) et peut être le visionnement des docus d’Arte dont est relativement accroc votre rédacteur, à la lecture critique desquels devraient préparer les éducateurs…en faisant écrire et lire d’abord, débattre et enquêter, produire et créer, non pas enseigner mais accompagner en décroché, y compris sur les catastrophes écologiques et sociales en marche…et les alternatives à leur opposer…

La Cen collégialement ou par votre chroniqueur a tenté des chroniques radio multiples et épuisantes des cafés citoyens des rencontres des débats des enquêtes actions des ateliers d’écriture sur l’espace public …
Elle a aussi dépensé sans compter à déposer des articles clés gratuits  sur les tables pour que les gens de base puissent ensuite les lire tranquillement aux toilettes ou dans les transports publics…comme cet appel de la Commune diffusé à des milliers d’exemplaires comme le pissenlit jette sa semence au zéphir de printemps ou le poisson sa semence dans l’océan…

PARVENIR ou RESTER SOBRE ?
Horizontalité
Rappelons le : pour la « base », « les gens », « le peuple » « ne pas parvenir » était un des mots d’ordre du mouvement ouvrier de la fin du 19è, et débuts du 20è. C’est encore un tantinet une des valeurs clé des classes ouvrières, d’employés et de petits paysans
(pas du monde enseignant où la promotion personnelle est, plus on monte en hiérarchie, une valeur clé )

C’était justement pour que la lutte des places ne supplante pas la lutte des classes, la course à l’argent la sobriété des besoins naturels et nécessaires, le capitalisme vert la décroissance de la machine de l’accumulation tueuse de planète et de droits sociaux.
Mais depuis la globalisation et l’effondrement de l’utopie de caserne alias le capitalisme d’état russe, l’hégémonie du libéralisme a réussi  promouvoir la lutte des places avec une armée de chômeurs, et aussi en substituant à l’évidence du combat solidaire l’affrontement entre pauvres et dominés, grâce aussi à la colonisation des consciences, via la propriété milliardaire privée des médias, la consommation, les 3,7 milliards de passages avion au bout du monde, la pub, l’industrie culturelle, l’Internet des Fesses-boucs, et autres mille relais spontanés re véhiculant sur smartphones, des conceptions brouillées et enfûmantes..
Certes des insoumis ou anars ou anticapitalistes… tentent de retourner le numérique en son contraire mais c’est sur le terrain des luttes collectives des alternatives horizontales que bougent vraiment les consciences ..

Les humbles mais actifs militants de base eux ne cherchent point à « parvenir »et sont les dindons d’une démocratie « libérale verticale » : ceux « d’en bas » la légitime de moins en moins  en se retirant de ce jeu truqué.

 

Contre les structures verticales : PROMOUVOIR l’HORIZONTALITE
Reste juste à se battre comme les Islandais, les Argentins, les Grecs, les « Saillansons » pour décider …horizontalement avec juste ce qu’il faut de délégation impérative, temporaire, révocable…
(
cf la dernière formation de la Cen « Démocratie directe et horizontalité Mirabel, 3-4 juin dernier, qui a été riche, mais peu fréquentée :
peu de communication (grosse fatigue) cirque électoral, désaffection générale ?

La prochaine journée « démocratie et horizontalité » en avant pays savoyard avec élus et citoyens de Saillans…aura lieu cet automne si tout va bien
(40 personnes à l’après midi Belle démocratie à Chateau partagé en avril dernier)

ET POUR L’HEURE PAR ICI
Les enfants de l’école
qui avaient semé des radis et salades dans un carré pédagogique au jardin de plus en plus productif, ont eu leur goûter radis/beurre avec tonton André, et ses ouvertures sur les prodiges de la terre vivrière si l’on coopère avec la nature en vue de l’autonomie alimentaire

Un premier café des biens communs ouvert à tous
Première : vendredi 30 juin 18h AVIE, la Bridoire : « Des jardins collectifs aux pieds d’immeubles HLM? », avec un 1er projet en gestation par ici (voir info)

Deux ou trois journées d’étude pour un avenir vivable dans l’Avant pays savoyard
Une journée pour l’autonomie énergétique, alimentaire du territoire et des cités  s’élargissant en réflexion connectée à la réalité d’une démondialisation par une perma-économie résiliente et endogène (pas une autarcie !) avec Jean Gadrey est engagée pour cet automne par ici.

une journée « démocratie et horizontalité » en avant pays savoyard avec élus et citoyens de Saillans…aura lieu cet automne si tout va bien

AG EXTRAORDINAIRE du 4 juin dernier

La coordination Cen se limitera à l’Avant Pays de Savoie.
Chaque adhérent et ami Cen est libre de développer par chez lui des actions inspirantes ou inspirées, ou à laisser tomber, ou à …préparer la prochaine AG débuts 2018.

SITE CEN
Sur ce site, dont nous sommes toujours « coordonateur » , la fréquence sera sans doute réduite, une 4ème colonne ou 4è carré  » Revue des alternatives » va être réservé à nos partenaires. Ils auront les clés pour déposer leurs évènements et textes en toute autonomie…

Vos coopérations au site sont donc les bienvenues !

Comme AUSSI un don une adhésion un versement via Paypal

André Duny

En prolongement, nous soumettons 3 références :

1- La chanson de Vaneigem qui dit que nos révolutions sont trahies :

http://www.descolarisation.org/laviesecoule.mp3

2-L’élection sans candidat pratiquée il y a 1 siècle et (presque) un demi, par la Commune de Paris :(+ bas, en 3 sur la PERMACULTURE marchandisée)

QUI DOIT REPRESENTER LE PEUPLE ?

Une autre tradition populaire en France : ce que proposait la Commune de Paris le 25 mars 1871

La Garde Nationale se sentant garante de la démocratie prodiguait aux parisiens, invités à élire leurs représentants au conseil de Paris, les propos suivants :

Citoyens,

Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre vie, souffrant des mêmes maux.

Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus : les uns comme les autres ne consultent que leurs propres intérêts et finissent toujours par se considérer comme indispensables

Défiez-vous également des parleurs, incapables de passer à l’action…

Evitez également ceux que la fortune a trop favorisés, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme un frère.

Enfin, cherchez des hommes aux convictions sincères, des hommes du peuple, résolus, actifs, ayant un sens droit et une honnêteté reconnue.
Portez vos préférences sur ceux qui ne brigueront pas vos suffrages. Le véritable mérite est modeste et c’est aux électeurs à choisir leurs hommes et non à ceux-ci à se présenter.
Citoyens,

Nous sommes convaincus que si vous tenez compte de ces observations, vous aurez enfin inauguré la véritable représentation populaire, vous aurez trouvé des mandataires qui ne se considèreront pas comme vos maîtres.

Commune de Paris – 25 mars 1871

Diffusé par www.la-cen.org ; contact@liste.la-cen.org

3-
L’Éveil des Cours certifiés de permaculture. Drame.
S.Rocheix
« La permaculture invite à un foisonnement à l’horizontal à l’instar de ce qui se passe dans la nature, chaque espèce pouvant jouer sa partition.
Mais là non, on a des chefs de files qui s’engraissent et qui profitent du travail de fourmis de tous leurs « stagiaires ». Ils peuvent effectivement avoir des lieux exceptionnels puisqu’ils arrivent constamment à avoir des ouvriers qui payent très cher pour pouvoir œuvrer chez eux. Ça doit sûrement être ça le tout dernier stade du capitalisme : avoir des ouvriers qui payent très cher pour travailler.

Ce documentaire montre aussi (et apparemment malgré lui) ce qu’est une institutionnalisation larvée… Tout se met en place pour les futurs processus de distinction, de légitimation, LABEL (étymos : divisions, lambeaux), hiérarchies et autres.. Alors que la permaculture s’ancre dans le présent et va directement du cœur à la main. Le concept qui a la palme de l’enfumage et de l’énergie diabolique est celui de « DESIGN »… ​La permaculture, la vraie, pas celle de ces marchands du temple, est épiméthéenne totalement. Elle nous invite justement à retrouver en nous, en vertu d’un processus de réminiscence (ANAMNÉSIS), la pulsation originelle, pour aller du cœur à la main. Bref, exactement l’inverse du cartésianisme ou de l’attitude prométhéenne. La permaculture invite à l’humilité ! « 

Partagez cet article..Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *