Présentation

La Coordination de la Nouvelle Éducation populaire se veut utile à l’éveil des consciences, au colportage des savoirs d’alternatives d’écologie sociale, au Municipalisme (prendre en main nos destinées au plan local naturellement et complémentairement aux mouvements pour l’émergence du pouvoir populaire et citoyen au plan nationale, dont nouvelle Constitution, donc constituante tirée au sort, RIC et DDT (démocratie directe locale 2020)à la prise de pouvoir de la société civile sur ses territoires aux convergences locales entre émancipation sociale et transitions écologiques (alternatives! pas d’éoliennes géantes de multinationales), au dépassement par en bas (comme par en haut) du système capitaliste (économie état culture), ce cancer qui dévore la planète et ses humains….et les précipite à la disparition de tous les vivants

Pour sortir de la procrastination et de l’impuissance résultant d’une démocratie aux mains des marchés, la démocratie directe territoriale  (ou DDT ) complémentairement aux formes renouvelées de démocratie directe nationale (RIC tirages au sort constituante) est une voie que la Cen a tenté d’ouvrir à travers ses Cen animations dont celles des jardins collectifs au pied des HLM ou celles visant l’élaboration de Projets Résilients et Alternatifs de Territoire d’Initiative Citoyenne et d’intelligence collective ( les PRATIC-ic ) ou le PETARD (projet de production d’énergies territoriales en autonomie , renouvelables, en démocratie directe)…suite de Jean ZIN et de ses coopératives municipales, dont le but est de reprendre la main sur l’économie mais aussi la culture (démocratie culturelle) par le biais de socialisations locales des moyens de productions alimentaires énergétiques culturels, appuyé sur une saine gestion des ressources locales (coopératives, régies publiques, SCIC, biens communs) et naturellement soutenues par les futures banques nationalisées mais déconcentrées localement et au service d’une RELANCE ECONOMIQUE SAINE sans CROISSANCE  bref une PERMA ECONOMIE (comme permaculture) avec récupération de nos SOUVERAINETES monétaire, alimentaire, énergétique, politique, nationales dans une visée d’universalité des coopérations avec les autres pays notamment les plus pauvres (CHARTE de la HAVANE 1947)

Les socialisations sous diverses formes : régies publiques et coops municipales, SCIC, réseaux de Scops, permettent de réduire la zone de domination toute puissante des multinationales dont les banques géantes tenant les états à leur merci par leurs prêts et les intérêts qui s’y attachent (France 50 milliards/an = esclavage géant visible dans l’austérité et les privatisations) , formant le système capitaliste globalisé, financiarié à l’extrème et mortifère pour l’existence même du vivant et de la race humaine …

Elles permettraient également de dégager des revenus via la captation collective, sociale, commune de valeurs ajoutées (aujourd’hui la propriété privée est le syphon à pognon): on produit moins en grande série (production capitaliste de masse (ou capitalisme d’état ex urss) mais la production low tech mobilise beaucoup plus d’agents – production par les masses- réalisant plus de valeur ajoutée par unité de qualité produite : exemple tomates de variétés anciennes contre grosses productions du sud de l’Espagne Alméria acheminées par une noria de camions ou sauce tomate l’Or rouge produit industriellement en Chine et plein de pesticides) pour  satisfaire les besoins jugés prioritaires utiles et nécessaires par les habitants eux mêmes (et il y a parmi les moyens de vivre sainement : le temps, les fêtes, les convivialités, les échanges culturels…) gérant le territoire eux mêmes et apprenant la démocratie raptée depuis 2 siècles par les élites ayant compris que par les votations le peuple démissionnait de sa souveraineté législative et élisait ses propres maîtres…

On peut ainsi solidairement et sans croissance faire face aux effondrements en cours

On peut ainsi localement et nationalement créer par notre nombre notre cohérence nos convictions intellectuelles partagées développer un rapport de force non violent avec les classes possédantes ultra riches et jamais décidées à lâcher du lest, comme en confère leur sabotage de toutes les décisions climat pour réduire le moteur thermique du système, les énergies fossiles

Quant aux renouvelables c’est juste une niche de profit avec les subventions publiques des états

Cette reconquête des moyens de vivre une vie vivable, c’est à dire  non réduite aux premières nécessités matérielles, c’est s’assurer le plus possible du ravitaillement énergétique, alimentaire, sans empreinte écologique insoutenable, dans un périmètre de quelques dizaines de km

Mais une vie vivable c’est aussi une vie philosophique, culturelle, spirituelle, du temps, bref qui exige que  tous, nous  consommions modérément les ressources naturelles non renouvelables selon une austérité juste, formule de eenrico Berlinguer, en mettant l’égalité sociale au coeur de la coopération avec la nature qu’implique cette vie vivable.

Il faut donc comprimer les revenus des actionnaires et des plus riches (revenu maximum autorisé par la loi, alias le Talon de fer, la coercition notamment sur les évadés et fraudeurs fiscaux) lesquels assassinent la planète aussi avec leurs ultra consumérisme (un yacht : combien de tonnes de gasoil ultra polluant  à l’heure ? )

Nous pouvons y parvenir collectivement  sans violences  , en se passant (ce qui est commencé !) progressivement des : banques d’affaires, multinationales, grandes surfaces, promoteurs, élus de droit divin, médias menteurs, cultures main stream, et toute cette culture et ce mode de production industrialiste, productiviste, hyper numérisé, robotisé, technicisé, et ce sans croissance quantitative en diminuant tout au contraire massivement les émissions de CO2 et en augmentant l’humus vivrier périphérique aux cités.

On peut, en globalisant les alternatives au local, comme dans le même mouvement au national, ré-apprendre ensemble la coopération, ébaucher une vie plus sobre et proche de la nature via débats et expérimentations. On peut par l’argent produit par les régies territoriales et l’économie réparatrice socialisée dans le territoire créer des emplois durables, réduire les inégalités, maintenir des services gratuits, financer une intense vie sociale et culturelle bref  inventer un nouveau bien vivre tout en contribuant à  affaiblir, réduire, voire assécher le système par ses pieds , Il s’agit donc de continuer à mettre des forces en marche pour que les solutions s’inventent par elles mêmes (cf le succès de Merci patron ! par exemple à une échelle sans commune mesure avec le travail de fourmi de notre petite association)

Construire le rapport des forces nécessaire à la justice sociale et climatique nationale et mondiale, vers la décroissance de la mégamachine  qui ravage notre monde global, pour un monde résilient capable de faire face ….est notre patsage global. Sans viser les étoiles on se contente de la lune et sans viser la lune on ne fait plus que se regarder les doigts qui la montre…Tout se brouille en micro conflits et micro projets sans horizon, le Colibri meurt d’épuisement …

HISTORIQUE

La CEN, a été créée dans l’Ain en 98 comme “coordination des éducations nouvelles” (d’où son sigle Cen), pour rendre possible le dialogue entre mouvements pédagogiques et parents d’élèves, aller vers une pédagogie “sociale” s’ancrer dans la société civile  et pas seulement parmi les professionnels de l’éducation.

Après son déménagement  dans le valentinois en 2002-4 elle a mué en “éducation populaire alternative” avec à son actif

-3 stages en 2004-6, en Drôme Ardèche “Démocratie directe et  éducation populaire”

-les soutiens aux sans papiers et au mouvement féministe d’où est né le blog “caféministe de la Nouvelle éducation populaire” (Romans/Isère)

-une campagne acharnée avec Attac (avec qui elle animait un café citoyen à Valence) contre le Traité européen en 2005

-a développé ses propres cafés  indépendamment d’Attac, elle même en voie d’extinction en 26 et 07

-a participé à trois années de formations à l’accompagnement scolaire sur un quartier populaire de Saint Etienne

-d’AG en AG s’est redéfinie comme “nouvelle éducation populaire” généraliste orientée vers l'”écologie sociale”, et une économie coopérative locale résiliente face à “l’addition des crises globales”

L’association s’est alors déclinée en “branches” , abordant avec succès des thématiques comme l’éco construction (stage avec 15 ateliers et 85 personnes en juillet 2008), l’autonomie en énergies renouvelables 2009, la démocratie territoriale (ou DDT) (2007/9/10), l’alimentation bio locale directe combinée à la démocratie communale (2010) et à la permaculture, expérimentée dans la jadin deu coordonnateur, la citoyenneté en HLM et  les jardins pieds d’immeubles (2011-12), puis les 4 thématiques ensemble dans des Rencontres d’été successives

D’AG en AG de luttes en luttes (particulièrement dans le Collectif Ville campagne du valentinois) d’alternatives en transitions (Oui à la Transition 07) s’affirment et s’affinent ses propositions crédibilisées par des exemples de réussite

Ses priorités vont alors à

-contribuer à répandre un peu de clarté  sur le rôle d’un système impactant gravement la vie et les sociétés : dont l’état compris non seulement comme encore un peu redistributeur mais ouvertement auxiliaires d’une économie de prédation par croissance infinie, dont les multinationales notamment celles des énergies carbonées tueuses de climat, du commercial géant, les banques, l’immobilier spéculatif, l’agroalimentaire empoisonnant, l’agriculture industrielle pesticidée, l’urbanisation destructrice des espaces vivriers, les médias menteurs, la culture de dérivation, l’école de l’impuissance, la privatisation des biens communs au profit du grand marché libre et non faussé, etc, etc

-colporter surtout quelques pistes alternatives qui permettraient à la société civile de faire face aux graves crises (effondrements) de devenir avec une autre économie , résiliente, ou protectrice, justement en s’émancipant de la tutelle  de cette  mégamachine capitalistique, économique, politique et culturelle cause déterminante de la disparition de la vie…

L’association se positionne alors en mouvement de conscientisation à la recherche des diverses formes de reconquête des autonomies alimentaires et énergétiques territoriale et citadines (ville/campagnes) via