Fuite de tritium radioactif au Tricastin : de 2 mois de fuite radioactive dans un silence asourdissant des médias

Arrêt  urgent  des  4  réacteurs  du  Tricastin  !!!

Le Collectif antinucléaire de Vaucluse/CAN84 vient par courrier et courriel d’interpeller en urgence l’Autorité de Sûreté Nucléaire pour qu’elle donne l’ordre de mise à l’arrêt des 4 réacteurs nucléaires du site du Tricastin après plus de 2 mois de fuite radioactive et des niveaux de tritium passés de 15Bq/l à 180Bq/l et 690Bq/l. Il est grand temps que soit respecté le Code de l’Environnement, les décrets et arrêtés relatifs aux Installations Nucléaires de Base, la décision même de l’ASN relative à la maîtrise des nuisances et impacts sur la santé et l’environnement des INB. centrale Tricastin

Le 6 août 2013 EDF a évoqué une présence anormale de Tritium radioactif dans les eaux souterraines de la centrale nucléaire du Tricastin constatée depuis le 8 juillet 2013 entre les réacteurs n°2 et n°3.

Alors que la moyenne de contamination par le Tritium des eaux souterraines était dans les 12 derniers mois de 15Bq/l elle a atteint depuis le 8 juillet 2013 un niveau de 180Bq/l et même, au niveau du radier du réacteur n°3, une activité de 690Bq/l.

Le 12 septembre 2013  l’ASN avait prescrit à Electricité de France – Société Anonyme (EDF-SA) sous un délai d’une semaine et de 12 jours toute une série d’obligations tant de protection de l’environnement que d’identification de l’origine des fuites radioactives et d’information des autorités et de limitation de toute opération faisant appel à ces équipements avec obligation d’en justifier l’utilisation éventuelle.

Or Il n’y a pas de dose de radioactivité anodine et sans effet sur la santé et le vivant. Vérifications faites par des mesures et analyses réalisées par le CAN84 dans l’environnement immédiat du Tricastin par prélèvement d’eau, avec le support technique de Next-Up, et auprès d’habitants et d’animaux vivants en proximité du site nucléaire.

– See more at: http://actuwiki.fr/nucleaire/36347/#sthash.BtSsifkq.dpuf

Le 6 août 2013 EDF a évoqué une présence anormale de Tritium radioactif dans les eaux souterraines de la centrale nucléaire du Tricastin constatée depuis le 8 juillet 2013 entre les réacteurs n°2 et n°3.

Alors que la moyenne de contamination par le Tritium des eaux souterraines était dans les 12 derniers mois de 15Bq/l elle a atteint depuis le 8 juillet 2013 un niveau de 180Bq/l et même, au niveau du radier du réacteur n°3, une activité de 690Bq/l.
Le 12 septembre 2013  l’ASN avait prescrit à Electricité de France – Société Anonyme (EDF-SA) sous un délai d’une semaine et de 12 jours toute une série d’obligations tant de protection de l’environnement que d’identification de l’origine des fuites radioactives et d’information des autorités et de limitation de toute opération faisant appel à ces équipements avec obligation d’en justifier l’utilisation éventuelle.Or Il n’y a pas de dose de radioactivité anodine et sans effet sur la santé et le vivant. Vérifications faites par des mesures et analyses réalisées par le CAN84 dans l’environnement immédiat du Tricastin par prélèvement d’eau, avec le support technique de Next-Up, et auprès d’habitants et d’animaux vivants en proximité du site nucléaire.

En conséquence de quoi le Collectif Antinucléaire de Vaucluse vient d’adresser une mise en demeure à l’ASN de faire respecter le Code de l’Environnement, les décrets de 2007 relatifs aux Installations Nucléaires de Base, l’arrêté de 2013 fixant les règles générales relatives aux INB, la décision de l’ASN n° DC-2013-0360 du 13 juillet 2013 relative à la maîtrise des nuisances et impacts sur la santé et l’environnement des INB.

Le CAN84 demande à l’ASN communication des éléments d’informations correspondant à ses prescriptions et, par mesure de précaution, de prononcer la mise à l’arrêt immédiat des 4 réacteurs nucléaires de la centrale du Tricastin

Communiqué de presse du 25 septembre 2013 10h00

Alors que la moyenne de contamination par le Tritium des eaux souterraines était dans les 12 derniers mois de 15Bq/l elle a atteint depuis le 8 juillet 2013 un niveau de 180Bq/l et même, au niveau du radier du réacteur n°3, une activité de 690Bq/l.
Le 12 septembre 2013  l’ASN avait prescrit à Electricité de France – Société Anonyme (EDF-SA) sous un délai d’une semaine et de 12 jours toute une série d’obligations tant de protection de l’environnement que d’identification de l’origine des fuites radioactives et d’information des autorités et de limitation de toute opération faisant appel à ces équipements avec obligation d’en justifier l’utilisation éventuelle.

Or Il n’y a pas de dose de radioactivité anodine et sans effet sur la santé et le vivant. Vérifications faites par des mesures et analyses réalisées par le CAN84 dans l’environnement immédiat du Tricastin par prélèvement d’eau, avec le support technique de Next-Up, et auprès d’habitants et d’animaux vivants en proximité du site nucléaire.

-/#sthash.BtSsifkq.dpuf

Le Collectif antinucléaire de Vaucluse/CAN84 vient par courrier et courriel d’interpeller en urgence l’Autorité de Sûreté Nucléaire pour qu’elle donne l’ordre de mise à l’arrêt des 4 réacteurs nucléaires du site du Tricastin après plus de 2 mois de fuite radioactive et des niveaux de tritium passés de 15Bq/l à 180Bq/l et 690Bq/l. Il est grand temps que soit respecté le Code de l’Environnement, les décrets et arrêtés relatifs aux Installations Nucléaires de Base, la décision même de l’ASN relative à la maîtrise des nuisances et impacts sur la santé et l’environnement des INB.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.