Le COLLECTIF des COMMUNS : Une convergence de plus pour la CEN ?

Nous nébuleuse Cen d’adhérents et amis soutenons la (les) convergence (s) et réseaux d’alternatives au système ou partie du système (…) dans leur diversité de radicalités, en  participant à divers Collectifs et diverses actions, autant que faire ce peut, s’agissant d’un petite association dispersée (une “nébuleuse”) n’ayant  pas vocation à le rester, cherchant à se condenser en Comités locaux ou autres formes :

-en pratique, là où nous sommes physiquement présents et actifs soit à titre individuel soit à titre de réseau

-en théorie, via le site de la Cen et ses listes

Indépendants des partis, institutions représentatives, sociétés privées ou sponsors,  nous ne cherchons à diriger ni à être dirigé par quiconque.

Côtoyer d’autres tendances nous enrichit ce dont témoigne entr’autre les débats sur la liste Echanges de la Cen.

Résister sans construire étant aussi vain que construire sans résister, nous proposons à nos partenaires quelques pistes d’écologie sociale communaliste, d’autonomie alimentaire énergétique, territoriale, politique (Démocratie Directe T), de démocratie culturelle et économique (éco développement endogène résilient décroissant non productiviste non nucléaire non capitalistique même vert ou collaboratif ou circulaire)

Même si nous exhibons notre désir et nos propositions concrètes et locales de sortir du capitalisme par en bas dans la vision large du post capitalisme ou plus prosaïquement de la survivance commune par des communs résilients organisés directement le plus possible localement avec les moyens locaux (dont une agriculture bio périphérique nourricière, en agriculture paysanne, en Scop, ou en régies publiques municipales alimentaires, visant le 100% bio dans les cantines/ local/social/ réparateur de l’humus )  , nous n’en faisons en rien un préalable pour participer à des alternatives ouvertes ne s’en réclamant pas !

Ainsi des Nuits debout, des mobilisations sociales contre la Loi travail, des collectifs locaux attelés à défendre les terres agricoles comme le Collectif Ville campagne (Valence) ou à défendre les COMMUNS revendus au privé (Aix les Bains), ou sciés (arbres du centre ville de Chaméry), avec des soutiens directs/indirects aux antis nucléaires, Gaz de schistes, NDDLandes, Center Parc, CETA, Lyon-Turin, ou aux “pro” : Convergence des Services publics, des Collectifs de transition citoyenne (07, Valence, Savoie), Rassemblements de Lézan, Mouvement Alternatiba, ou de Collectifs comme la Belle démocratie, la Coalition Climat… etc etc

Des dérives sont évidemment possibles : faire une liste “société civile” aux élections pour faire mieux .

Bookchin a prévenu « le municipalisme libertaire n’est pas un effort pour construire un gouvernement municipal plus progressiste ou mieux considéré avec l’environnement en élisant des candidats « instruits ». Ce type de direction réformiste neutralise les efforts du mouvement pour créer et augmenter les assemblées citoyennes, et leur objectif majeur de transformer la société. »

“L’approche des entités municipales de démocratie directe est totalement différente. En partant de l’autonomie, qui n’est pas le localisme, de chaque quartier ou municipalité décentralisé, la nécessité d’interdépendance économique devient évidente, de même que la nécessité d’aborder les questions politiques et administratives qui affectent les niveaux territoriaux supérieurs à ceux de la municipalité. « Le vaste principe d’organisation politique et sociale qui peut institutionnaliser l’interdépendance, sans recourir à l’État et conserver en même temps le pouvoir des assemblées est le confédéralisme » (voir textes  sur ce site  des Rencontres Post capitalistes pour l’écologie sociale  en mai à Lyon, auxquels la Cen a activement participé )

Ainsi en va-t-il également pour la convergence pour une Transition post capitaliste proposée par le COLLECTIF des COMMUNS qui s’est déroulé récemment. (lien ci dessous) (Cf aussi texte anciennement  sur ce site)

Ce collectif rassemble le mouvement coopératif, l’économie sociale et solidaire, le mouvement de la Décroissance, et l’écologie politique.

Si certains amis de la Cen s’y retrouvent ce sera ici comme ailleurs sur un enjeu essentiel : défendre la prédominance de la société civile sur les partis (ceux ci étant invités à soutenir la société civile et non à la diriger) sur  l’état (adoption du confédéralisme AG Cen 2010) et sur l’économie capitaliste (entendue : ses domaines : industriel, financier, commercial, immobilier et symbolique : médias, industries culturelles..), défendre une forme de communalisme et de nouveaux rapports directs villes campagnes, comme moyens pour le dépassement du système (propriété des moyens de produire…pouvoir d’état au service de cette économie-là) en même temps que pour la survivance collective au regard des effondrements en cours (écologie sociale = autonomies (aliment. énergétique Culturelle Politique) + permaculture +développt d’une bio économie endogène et résiliente)

 

http://blogfr.p2pfoundation.net/index.php/2016/07/19/appel-a-assemblee-europeenne-communs/

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.