Energie citoyenne ou énergie publique pour l’autonomie énergétique et aussi alimentaire territoriale…??

L’armée pilonne les éoliennes (voir article en face !!!)

Nous (la Cen) attirons votre attention sur un contenu décisif de cet article :

-des revenus énormes tombent directement dans les caisses publiques territoriales quand un projet de parc éolien public est monté et financé par la collectivité, avec de l’argent public, et citoyen (alternatif) sans délégation au privé…

Un parc éolien citoyen c’est bien ! Voir le site d’énergie citoyenne : energiecitoyenne.eu

Mais si je mets 10 000 euros, que je gagne 3%, même en groupe coopératif, même aidé par la NEF, est ce du bien commun ? Combien revient aux finances locales ?

Ne peut on aller directement au bien communal partagé ?

Bien sûr, c’est beaucoup  mieux si les habitants (10 ou 25%) gèrent directement (par commissions et autres assemblées démocratiques) leur commune ou communauté de commune.

Selon nous au temps du désengagement financier de l’état (moins 28 milliards d’euros ôtés par Hollande) et des effondrements économique, écologique, climatique, alimentaire… c’est une atout essentiel qui permet de faire résilience ou transition citoyenne alternative,  de faire face ensemble solidairement pour sauvegarder une vie vivable !

Exemples : à peu de frais l’isolation des HLM et des logements centre ville de gens pauvres à Montdidier (moins 60% de charges du coup) ou des chauffages HLM solaires à Loos en Gohelle, pilotée par des municipalités participatives (même si l’appel à Rifkin c’est à dire au chantre du capitalisme collaboratif vert n’est pas des plus pertinents)

Ainsi l’on commencerait  à sortir d’en bas (propriété et pouvoir) des multinationales carbonifères et mortifères…

Et celles de l’agroalimentaire et de la grande distribution ? Nous aurions ainsi des moyens publics d’accélérer la construction de l’autonomie alimentaire territoriale (mieux que la relocalisation des grandes surface en surfaces city ou proxy) en mettant en synergie ce qui existe mais en se rendant propriétaires collectif de la terre vivrière périphérique, en y développant de vrais métiers, et emplois de qualité en nombre, en satisfaisant en direct (sans tuer le climat)  l’essentiel des besoins alimentaires et en chauffage des populations (pas question de fournir les grands groupes !). Et l’on est économe quand on produit proprement à côté de chez soi (cf Bellegarde et sa turbine électrique municipale)

Une intense vie culturelle un intense débat d’idées, autour de fêtes populaires et artistiques (“poïélitique” comme dirait Lubat, festival d’Uzeste musical) dont des échanges de savoirs de survivance et de créativité collectives pour vivre avec moins de biens et plus de liens, se doivent de l’accompagner ou de la préparer

Non ? Alors quoi ?

Voter pour une élite sociale ou écologiste sélectionnée par des partis, s’occupant de nous servir ou de se servir, de nous sauver ou de se sauver ?
ILS ONT ABANDONNE LE POUVOIR AUX MONOPOLES

S’ils s’occupaient sans nous de ce miel des énergies durables conviviales et socialisées (pas d’éoliennes géantes ni de parcs photovoltaïques cancérogènes, svp !) ils pourraient le détourner, car comme disait quelqu’un d’un grand pays (celui celle qui trouve qui ? gagne un abonnement gratuit à la newsletter de la Cen !) : “peut-on empêcher celui qui récolte le miel de se mettre des pots de côté ?”

 

Action ?

Tous aux conseils municipaux et communautaires pour s’informer

Créons des assemblées d’habitants et commissions.

 

Il faut des années pour  que les habitants s’occupent eux mêmes de leurs oignons

 

C’est en luttant notamment contre la destruction de leur biens communs notamment le code du travail, les services publics, le train (cf ici contre les cars Macron..) notamment contre les grands projets inutiles et imposés (TGV Lyon Turin NDdesL Center Parc …etc) mais aussi contre la bétonnisation de la périphérie de leur ville (cf Valentinois : des dizaines d’ha bétonnés côté Ardèche, cf Aix les Bains ,deux tours de 17 étages,  cf Chambéry, Lyon, bref partout…) et de leur village que les habitants comprennent les enjeux

“Comprennent le monde ceux qui le changent” B Brecht

En France un terrain de foot de terre agricole vivrière disparaît toutes les 4 minute 50 secondes soit un département tous les 6 ans…!!!

A ce rythme il n’y aura même plus de quoi nous nourrir quand s’en vient le crash alimentaire mondial…

Participons

 

le 15 aux manifestations anti loi Travail

le 24 aux journées citoyennes de la transition

Voir  Saillans sur ce site !Voir Belle démocratie, voir Super châtaigne, Génération futur et tutti quanti !

AD

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.