CHOISIR au SECOND TOUR entre l’INCENDIE et le PYROMANE ?

….celà fait 31 français sur 100 adultes “citoyens” passés par l’isoloir sans s’abstenir, et du coup 16,5 sur 100 pour E Macron et 14,5 pour 100 pour M Lepen (1)

En préambule de 2002 à 2017, 15 ans déjà …

En  2002 on s’en souvient : les médias et les partis et ceux qui nous gouvernent dans l’ombre, la ploutocratie des riches à milliards, qui exercent “la violence des riches” par la propriété des moyens de production matérielle, monétaire, intellectuelle,…ont donné la consigne d’agiter devant le peuple la menace : le ” FN est aux portes du pouvoir”. (Le Pen crédité de 40% disait le Renseignement général).
Le diable artificiellement gonflé à bloc a fait grandement peur et a tourné les masses vers leur devoir sacré, celui du pacte républicain
L’émotion suscitée par les médias et les pouvoirs, n’a pas facilité le recul pour l’estimation du risque, ni la  négociation avec le candidat de la droite républicaine pour des mesures de  “gauche” en échange des reports massifs de voix.
Elle a permis  le  triomphe de l’escroc (82% si mes souvenirs sont bons) contre le facho (qui n’a gagné que quelques milliers de voix !)
La menace était fictive. La nasse par contre était bien préparée à l’avance . Le peuple a foncé tête baissée. Le roi Chirac avait bien sûr promis d’infléchir ses choix. Or,  il a relégitimé la droite dure et capitaliste qui en a profité pour relancé  l’Europe libérale,  la part plus grande de la valeur produite pour les plus riches, les pires mesures anti sociales , l’allongement des cotisations retraites, le grignotage de la sécu, les privatisations encore plus importantes (quoique Jospin avait déjà plus privatisé soit pour 260 milliards de F (environ) que Balladur (150 !!!)

Chirac avec cette droite dure ultra relégitimée au pouvoir  ont pu reprendre l’offensive sans être génés aux entournures.
Ce coup ci comment le FN peut-il passer de 7,5 millions de voix aux 15 millions nécessaires, à minima, au second tour ?

Le FN progresse certes en valeur absolue, de 1,2 million de voix (de laissés pour compte en zones désindustrialisées par la mondialisation alias les capitaux à la recherche d’une meilleure profitabilité en Chine, d’isolés à la campagne pris de peurs, des ouvriers abusés par  le copié collé par les dénonciations plus véhémentes que les altermondialistes,  de la globalisation financière pour faire avaliser une société autoritaire et excluante tout aussi capitaliste que l’autre mais d’un capitalisme plus national qu’international
Le fait nouveau ce sont les 7 millions de voix de  la France insoumise qui a progressé de 3 millions de voix par rapport à Mélenchon 2012.. talonnant les finalistes  à 700 000 voix près, après avoir essuyé le feu nourri des médias (rappel 9 milliardaires en possèdent 95 %  soit le pouvoir d’orienter les pensées)
assimilant les insoumis aux images de crise au Vénézuella, pour contrer la  probable irruption au second tour de leur candidat et avec lui, une alternative commençant d’être crédible (on peut discuter de la pertinence d’une relance keynésienne, voire nos livraisons sur ce site : “Une relance sans croissance”. Les commentateurs ont rejoué librement mais pour leurs maîtres, le même scénario et ont fait monter la pression en direction des électeurs de  la France insoumise pour les précipiter dans la nasse

Or,avec Philippot, et en reprenant des thèses anti libérales et anti européennes la patronne du FN a largement réussi à dédiaboliser le FN  et même à le rendre attractif pour une fraction importante des classes populaires que la globalisation et le libre marché, et les reniements du PS  ont dépossédé de leur travail….On le sait ici une large partie n’est que fâchée mais pas total facho. Sauf que cette fois ci un discours ferme clair et bien étayé de critique du système, notamment des institutions politiques oligarchiques,  accompagné de propositions de nature à refouler ce système et à faire renaître une sécurité sociale et des emplois en nombre a scié  une des branches sur laquelle s’était assise  cette extrème droite habilement camouflée en socialiste nationale.

En prenant pour cible le risque FN, et non pas le programme du FN,  l’oligarchie, la caste politicienne, les médias etc montrent au peuple qu’ils veulent assurer un nouveau triomphe  des nantis et du capitalisme global de l’Europe libérale forte dans la concurrence mondiale et pour l’abaissement du prix de la force de travail, tout en détricotant par ordonnance et le plus vite possible les droits des travailleurs afin d’affaiblir leur résistance et de les mettre en concurrence….Tout en occultant ce qui arrange le capital les accélérations plus qu’inquiétantes du réchauffement de la planète, les intempéries climatiques qui déplacent désormais plus de 10 millions de réfugiés par an, qui voit ici pas encore de catastrophe mais des nappes aussi basses qu’en finaout, et moins 25% de blé l’année dernière !!!

Là le mépris de classe et le racisme social se conjuguent parmi nos élites y compris de gauche pour enfler la musique  du risque “suprême” afin de refaire le coup auprès des classes qu’ils jugent subalternes du prétendu “vote utile”, républicain, européen et ouvert destiné au fond à  ultra légitimer l’ultra libéralisme alias le capitalisme globalisé pour de nouvelles offensives dès l’élection terminée et pour continuer de nier la gravité des possibles effondrements systémiques, finance et éco systèmes, notamment nourrissiers.

Pour eux, le risque suprême c’est bien la montée en puissance du mouvement populaire unitaire et écologiste dont on a eu une belle séquence rassembleuse avec la France insoumise (et aussi des petits candidats révolutionnaires) et prometteuse pour l’avenir. Mais gare aux risques de divisions aux législatives où les candidats seraient avalés par le système étatique (cf les conflits à Podémos)

Leur candidat c’est donc bien pour le moment,  le fringant E.Macron (2) avec son  profil de gendre parfait mais qui peine à faire oublier aux classes populaires les millions gagnés à la banque Rotchild, la loi El khomeri, la vente de fleurons industriels français au capital étranger, le repas de victoire à la Rotonde,avec ses proches , au soir du premier tour, avec sa suffisance,  comme s’il était déjà  Président.

Comme on le sait le peuple (ici les classes populaires et exclues) exècre désormais les nantis. Et il l’a montré en adhérant au “dégagisme” et au populisme de gauche et en exécrant le style Macron…qui leur rappelle leurs patrons.

Justement aux USA c’est en jouant sur la haine de classe des dépossédés que Trump le milliardaire, en appelant à dégager la démocrate H Clinton comme nantie et profiteuse, a réussi à les retourner en sa faveur.Maintenant ils les dépossédent  au profit de ses copains milliardaires et d’énormes crédits à l’armée dont vas profiter le complexe militaro industriel: baisse des impôts des riches, détricotage du peu de protection sociale de l’Obamacare et du peu de mesures de régulation des émissions de CO2, tout en prenant des postures guerrières nationalistes et hyper dangereuses…..etc

Ici la chose paraît plus délicate.

On a d’abord constaté  l’épisode Werlpool qui s’en approche: Côté ouvriers et syndicats, ça ne passe pas avec Macron ! mais hélas l’on a vu des ouvriers délocalisés se rapprocher de la candidate FN . Pour  un coup, il est réussi !Mais il y avait quelques relais dans la place, hélas !
Pour autant nous ne sommes ni aux USA ni durant les années 30 avec SA et SS, policiers et hauts fonctionnaires fascisants…etc, comme le dit  fort justement Raoul Jennar sur son blog  (3).

Il nous faut donc dédramatiser.

Marine le Pen ne pourra gagner les 8 millions de voix qui lui manquent.
Et en cas de plus grande abstention ?
Si l’abstention ou le vote blancs devenaient conséquente, la légitimation et donc l’autorité conférée au Président par le vote de masse en sortirait diminuée. De quoi rendre les résistances et les mobilisation plus nombreuses !

la FI a été un mouvement  qui a réussi a repolitiser une masse considérable de gens dont les jeunes, en s’appuyant sur leur expérience (ubérisation, délocalisation, intensification…)  et le débat d’idées. La conscience écologique et anti libérale/capitaliste des classes populaire et moyenne a progressé au point qu’ils saisissent désormais qu’on ne peut faire manger de l’herbe au lion de l’accumulation et de la croissance infinie

Ce dernier produit tant de souffrance sociale visible ici, ses 9 millions de pauvres  et ailleurs avec 3 milliards  et bientôt bien plus, .et tant de cataclysmes financiers et climatiques  qu’il ne peut perdurer sans remise en question radicale..

Les mouvements sociaux et écologiques  réfléchissent  non pas seulement aux régulation (par la loi tenir en laisse le lion en veillant qu’il ne morde aux mollets) mais aussi à la décroissance de sa mégamachine techno industrielle, autrement dit aux rapports sociaux de propriété base du désastre social, et donc à des solutions plus radicales comme la socialisation de la propriété privée des moyens de banque et de production sans étatisation et sans doute avec déconcentration voire démocratie économique dans les territoires . Et il y aurait un champ immense côté “autonomies” locales et démocratie territoriale défense de la nature et des terres vivrières.
Faute de quoi la mort sociale en cours se doublera de l’extinction de l’espèce humaine avec toutes les autres à l’horizon de ce siècle !

Le système fonctionne non seulement au plan économique (libres marchés et traités internationaux sans contrôle des peuples…) mais aussi au plan symbolique, de la culture mainstream qui imbécilise tant de consciences, et aussi comme un fascisme insidieux, analysé par Pasolini dans ses “Ecrits corsaires”  par  la suggestion d’un unique modèle de vie  et de  consommation abrutissant doublé de la mise en compétition et en surveillance générale

Alors l’arbre facho cache-t-il la forêt capitalo ?

Il nous faudrait choisir entre l’incendie et le pyromane ?.

Sauf abstention ou vote blanc massifs !!!

En effet, ils déligitimeraient la monarchie républicaine déjà bien malade,  affaiblieraient le système de la démocratie de représentation, et le sous-systéme électoral, ce piège dont on vit un soubressaut

Cette déligitimation rendrait plus facile l’offensive et pour une Constituante et pour l’accouchement de la démocratie directe ou horizontale , à commencer aux municipales, comme les résistances aux fermetures, aux détricotage des droits du travail, de la sécu, de la Sncf, aux grands travaux inutiles, actions pour le climat, contre les saccages de la nature, comme elle redonnerait du souffle aux mouvements des territoires pour l’autonomie alimentaire et énergétique, sans capitalisme vert , et sans C02….

Mais on peut encore y réfléchir !!!

“Seuls les poissons morts suivent le courant”

Et que vive cette jeunesse qui ose crier :

NI LE PEN NI MACRON

NI PATRIE NI PATRON

En attendant : Que vive la pluie !

André Duny

(1)

Un lecteur corrige nos données en ces termes, Merci à lui : “la population totale française que délivre l’INSEE comprend les étrangers vivant en France de façon durable (environ 4,2 millions en 2014 selon l’INSEE) qui n’ont pas le droit de vote. Elle ne comprend pas les
française de l’étranger (environ 1,8 millions inscrits au registre des Français habitants hors de France, tous âges confondus en début 2017, mais estimation d’une population totale de 2 à 2,5 millions selon leministère des affaires étrangères).
Un rapide calcul montre que la population totale française (au sens de
l’INSEE) compte entre 51 358 820 (nés en 1999) et 52 164 698 majeurs (nés
en 1998), toutes nationalités confondues. Il faut, en effet, être né
avant le 23 avril 1999 pour pouvoir voter le 23 avril 2017. Le nombre de
personnes majeures à cette date, ayant la nationalité française et
habitants en France ou à l’étranger, doit plutôt s’établir autour de 50
millions.
En outre, le ministère de l’intérieur fait état de 47 581 118 d’inscrits
(et non pas 45,7 millions) et de 36 058 813 de votes exprimés : 22,23%
d’abstention (et non pas 23,2%), votes blancs et nuls.

Même en prenant la valeur hypothétique de 56,3 millions d’électeurs
potentiels, la proportion de votes comptés se monte à environ 64%.
Ce qui est amusant, c’est que même si vos calculs suivants sont faux
(même en conservant vos données parce qu’on n’additionne pas des
pourcentages calculés sur des assiettes différentes), l’ordre d’idée de
vos résultats présentés dans le tableau est correct (mais pas exact).

(2)

MACRON : https://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Macron​

(3)

“Cher René, où sont les SA et les SS dont disposerait Marine Le Pen pour imposer la dictature que tu redoutes ?
Où sont les haut fonctionnaires des administrations centrales, les préfets, les diplomates, les officiers supérieurs de nos armées prêts, en nombre suffisant, à obéir à un régime qui bafouerait les principes républicains ? Nous ne sommes ni en 1933, ni en 1940. Certes, l’élection de la candidate du FN, héritière de Vichy et de l’OAS, provoquerait une crise politique profonde. Mais à défaut de déligitimer Macron en s’abstenant massivement – ce que je propose pour éviter qu’il puisse faire n’importe quoi – cette crise ne serait-elle pas le choc (préférable à la guerre, celle de 40 ou celle d’Algérie) dont la France a manifestement besoin pour muter ? Dramatiser à outrance le danger Le Pen, c’est exactement faire le jeu du patronat et tomber dans le piège qu’il nous a tendu depuis que fut conçue la mécanique infernale du vote utile qui contraint les gens à voter contre leur conviction pour éviter un mal que ceux qui poussent à cela ont contribué à faire grandir. C’est nous contraindre à choisir entre l’incendie et le pyromane.”

 

La peste, le choléra…ou la migraine?

24 Avril 2017

: http://aptgchronique.overblog.com/2017/04/la-peste-le-cholera.ou-la-migraine.html

Merci à J F Aupetitgendre

Les résultats sont tombés hier soir et depuis, j’en connais beaucoup qui ont mal à la tête. Fallait pas faire semblant de croire que nous étions en démocratie! Fallait pas cautionner le mode de scrutin “uninominal à deux tours” quand nos meilleurs mathématiciens nous disent depuis des années qu’un scrutin “par jugement majoritaire” serait plus juste et plus représentatif de l’opinion!
Fallait pas voter quand un “coup d’état” si bien préparé rendait le banquier Macron si hautement présidentiable! Fallait du cœur, fallait du flan!…

Macron, 23,9%! Le Pen, 21,4%, l’outsider Fillon, 19,9%, le messie Mélenchon, 19,6%.

Les quatre “Grands” cumulent 84,8% des voix, les sept autres “Nains”, seulement 15,2%.
J’ai cherché à quoi correspondaient exactement ces chiffres par rapport au nombre réel des électeurs potentiels, c’est-à-dire, au total des citoyens de 18 ans et plus. En France, nous avons un organisme de haut vol, l’INSEE, qui sait compter. Mais curieusement, nul part il n’est répondu clairement à la question simple: combien y a-t-il d’électeurs potentiels.

Il m’a fallu trouver un tableau Excel qui donne le nombre d’hommes et de femmes, mais par âge. Heureusement, Excel permet de calculer la somme des personnes nées entre 1916 ou avant et 1998.

Nous étions 56,3 millions d’électeurs potentiels au 1er janvier 2017, alors qu’on nous annonce 45,7 millions d’inscrits. Il y aurait donc 81,17% d’inscrits et 18,83 % de non-inscrits.

Si l’on ajoute, à cela les 23,2% d’inscrits abstentionnistes, et ceux qui ont voté blanc ou nul et n’ont pas été comptés, il est très vraisemblable que les chiffres du scrutin ne concernent que 45,1% Français.

Partis Pourcentages sur 145 Pourcentages sur 100
Les 2 élus 45,3 % 31,25 %
Les 2 suivants 39,5 % 27,25 %
les moyens 11,0% 7,59 %
les nains 4,1 % 2,80 %
les non comptes 45,1 % % 31,11%
Total 145 % 100 %
Je me suis donc amusé à intégrer les oubliés des statistiques. Les non-comptés s’ajoutant au 100% des comptés, il faut ramener ce total de 145% à la proportion de 100%. Ainsi, si les deux élus affichent à eux deux 45,3% et les sept “Nains” 4,1%, dans la réalité, ils représentent respectivement 31,25% et 2,80% de l’ensemble des électeurs.

On peut d’emblée affirmer que les grands vainqueurs de cette élection sont ceux qui n’ont pas été comptés, les 31,11% d’abstentionnistes, de non inscrits, de blancs et nuls. Ils totalisent presque les scores cumulés de Fillon et Macron!

En démocratie, on devrait recommencer le suffrage… Mais on peut aussi se pencher un peu sur le scrutin par jugement majoritaire, juste pour le fun! Wikipédia vous en explique très bien le fonctionnement.
Avec ce système, Marine Le Pen aurait perdu tous les votes protestataires. J.L. Mélenchon à l’inverse aurait bénéficié de mentions bien et assez bien de nombre d’électeurs de Hamon, Arthaud, Poutou, et vraisemblablement, des mentions passables des électeurs de Dupont-Aignan, Lassalle et Asselineau. Les partis dits “petits” n’auraient pas freiné l’avancée de ceux qui les devançaient. La logique mathématique nous indique que Mélenchon aurait dû obtenir 27, 7% des suffrages, soit 4,8 points de plus que Macron et 6,3 points de plus que Le Pen, si on avait opté pour le jugement majoritaire. Le mode de scrutin prévu par la V° République ne donne aucune lisibilité à l’élection, aucune concordance avec l’opinion réelle des Citoyens. Ceux qui en profitent peuvent s’en réjouir mais ne devraient pas en tirer le moindre sentiment de légitimité.

SECOND TOUR

Marine Le Pen, sans cesse utilisée comme repoussoir par les médias comme par la plupart des politiques, des économistes, des grands patrons de l’industrie, va mobiliser contre elle une grosse majorité des électeurs. Dès le soir du premier tour, les commentateurs ont largement alerté l’électorat du danger fascisant du FN.

Beaucoup moins nombreux ont été ceux qui ont alerté contre l’option nettement ordolibérale de Macron. Bien au contraire, nous avons entendu un grand “ouf ” de soulagement : les marchés sont rassurés, Merkel et Schäuble sont contents, les industriels enthousiastes. Le choix entre la peste et le choléra, entre l’extrême droite et la rigueur budgétaire pour les plus pauvres, s’est transformé entre le choix du fascisme ou de la croissance ! Le doute quant à l’issue du duel n’étant plus possible, les socialistes authentiquement de gauche, les Trotskistes, les Insoumis, les souverainistes europhobes eux-mêmes, vont se reporter sur Macron pour faire barrage au mal qui leur semblera le plus grave et c’est logique.
Mais ce calcul aboutira malheureusement à offrir une forte légitimité à Macron (un minimum de 70% des voix dans le meilleur des cas) et à prendre le risque qu’il en use et abuse.

La bonne stratégie, puisqu’il est entendu que Marine Le Pen sera stoppée dans son élan comme le fut son père face à Chirac, ne serait-ce pas de limiter le nombre de voix, de s’abstenir ou voter blanc ?

Si seules les voix de Macron et de Le Pen sont comptabilisées, il est possible que le premier soit élu avec 52 % contre 48%. Macron sera président puisque ainsi en ont décidé les Européistes, les financiers, les amis de Hollande…, mais avec une abstention record. Si les 34,7 % des électeurs défaits au premier tour s’ajoutent au 23,2% des abstentionnistes, nous pourrons toujours dire au président Macron que son ordolibéralisme “schäublien” n’a été agréé que par moins de la moitié de la moitié des électeurs.

Ce sera un argument entendable, tant dans les manifestations de rues (que le règne Macron nous promet) que lors des législatives. Ceci dit, Macron étant un “socialiste de la droite ultralibérale”, il est capable de se choisir un premier ministre “macroniste de la gauche modérée”, Valls par exemple !!! Sanofi devrait prévoir un bon stock d’acide acétylsalicylique pour les mois qui viennent, car, on n’est pas sorti de l’auberge….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.