Avec AMAZON, le monde est un enfer

https://www.ricochets.cc/Avec-AMAZON-le-monde-est-un-enfer.html

L’appel pour transformer le Black Friday 2019 en un « Vendredi Noir pour Amazon » a déjà été signé par plus de 15 000 personnes et des actions se préparent partout en France en vue du 29 novembre prochain.

Ce dimanche, Attac, les Amis de la Terre et l’Union syndicale Solidaires ont publié un long rapport qui décortique le monde selon Amazon et met en lumière les dérives fiscales, sociales et environnementales du géant de la surconsommation.

Évasion fiscale massive, développement d’entrepôts entièrement robotisés, livraisons par drones, repas fournis en moins de 30 minutes, salarié·e·s sous surveillance, reconnaissance faciale, destruction d’invendus…

Le monde selon Amazon, première capitalisation boursière mondiale, semble s’inspirer d’une science-fiction. C’est pourtant une réalité chaque jour plus concrète.

Cette nouvelle étude montre comment Amazon a pu acquérir sa position invasive et omnipotente, en s’affranchissant d’une série de règles et de lois. Jeff Bezos, multimilliardaire à la tête de la firme, a construit sa suprématie au détriment du respect des normes les plus élémentaires.

Dans ce rapport, largement repris dans les médias dimanche 24 et lundi 25 novembre, il est notamment démontré que :

> Amazon dissimule 57% de son chiffre d’affaires réalisé en France, selon nos estimations, ce qui lui permet de pratiquer une évasion fiscale massive en déplaçant une grande partie de ses bénéfices vers l’étranger. Cela a bien sûr des impacts négatifs sur les recettes fiscales des États où est présent Amazon, mais ce recours massif aux paradis fiscaux renforce également la position prédominante d’Amazon vis-à-vis de ses concurrents, plus petits, qui paient en proportion de leur activité davantage d’impôts.

> Le monde selon Amazon n’est pas viable : d’après nos calculs, Amazon Web Services a émis 55,8 millions de tonnes de gaz à effet de serre en 2018, soit l’équivalent des émissions du Portugal ; les pratiques de la firme occasionnent un gaspillage considérable : 3 millions de produits neufs ont été détruits par Amazon en France en 2018.

> Amazon développe sa présence en France en faisant travailler majoritairement des personnes ayant des contrats précaires, notamment en intérim, qui s’épuisent dans des entrepôts gigantesques. En mesurant l’impact net d’Amazon sur l’emploi aux États-Unis où la multinationale est implantée depuis plus longtemps, on constate que pour 1 emploi créé par Amazon, 2 emplois sont détruits.

Mais parce que la marche d’Amazon n’est pas inéluctable, ce rapport s’attache aussi à présenter plusieurs luttes inspirantes, qui, partout autour du globe, s’opposent aux méfaits de la multinationale, avec à la clef, quelques victoires.


# Avec AMAZON, le monde est un enfer Le 26 novembre à 12:00, par Indiens du Futur


 Vendredi 29 novembre, black friday à Amazon. Appel national au blocage des entrepôts d’Amazon.

voir aussi : Amazon : champion de l’emploi précaire, expert en évasion fiscale et gros pollueur, selon un rapport
+ l’enquête de Reporterre, en 3 volets : Le plan secret d’Amazon en France

A NOTER

·  # Avec AMAZON, le monde est un enfer Le 26 novembre à 13:10, par Gertrude

NOTRE COMMENTAIRE

Dans nos cités et territoires, sommes nous  engagés dans les voies du MUNICIPALISME ou du COMMUNALISME ?

Un ENJEU MAJEUR : des LISTES partidaires ou CITOYENNES pour aller vers un COMMUNALISME qui SECOUE les cocotiers au TEMPS des CATASTROPHES ou pour un MUNICIPALISME pépère qui les IGNORE ?


DEVASTATIONS

Avec AMAZON, le monde est un enfer  par Indiens du Futur

Auchan (Décathlon-Leroy-Merlin), Casino, Leclerc et autres géants de la grande distribution du capitalisme multinational agro alimentaireéchappent de la même façon à l’impôt tout en engrangeant les subventions publiques directes (CICE) ou indirectes (aménagements routiers et autres), Ils ont vidé les centres villes de leurs commerces et animations, transformé en déserts… (voir Pont de Beauvoisin sinistré), pour les attirer dans les zones commerciales de la périphérie (mouvement qui s’est amplifié ces trente dernières années)

Or, ce sont nos élus qui ont pris les décisions pour les installer….avec les corruptions à la clé.

C Jacquiau “Dans les coulisses de la grande distribution”

Hypermarchés : ils doivent 418 milliards d’euros à l’État ! – Nexus Durant des décennies, la grande distribution a grignoté des milliers de mètres carrés de terrains…  COMMENT  SOMMES NOUS ENGAGES dans les MUNICIPALES ?

Constituées de gens de diverses classes et origines, en particuliers des plus populaires (vu leur quasi disparitions des instances élues) de préférence en lutte contre les dévastations écologiques et sociales…donc avec les gilets jaunes, agissant pour les services publics et l’écologie, donc avec les mouvements “société civile” et personnes connues pour leur dévouement aux biens communs, et toutes personne ou assos, décidés à redonner le pouvoir au peuple c’est à dire aux habitants, pour un processus de co construction réelle (à l’opposé du participatif “cause toujours” ) c’est à dire en démocratie la plus directe, ou horizontale, les débats et partages d’infos sous toutes sortes de formes, pour élever les consciences aux réalités masquées par les dominations médiatiques, en vue de mobiliser les moyens de survivre aux effondrements écologique, climatique, économique…qui se profilent avec une probabilité grandissante (être optimiste ce n’est fuir le réel c’est se préparer dans la vie réelle à partir des mouvements réels comment vivre ensemble, en faisant des conflits des moteurs de progrès des communautés concernées)
Bien entendu chaque localité ou quartier a son histoire ses traditions et les configurations peuvent être fort diverses, les conflits de classes d’intérêts d’idéologies être intenses mais sans cesse le retour au réel, aux faits vérifiables, aux données, peut dissiper le pire, et nouer des projets salvateurs dans des alliances classes populaires et moyennes…

Ce faisant il s’agit d’éviter l’aventure fasciste (par exemple ce coup d’état en Bolivie fomenté par les USA) ou le sauve qui peut des débâcles (comme celle de 40 sur les routes dans l’indescriptible chaos) ou le repli sur les solutions survivalistes libérales libertaires, voire de combiner les réseaux existants (…) avec une action publiques massive…en se servant des expériences utiles (par exemple celle de la période spéciale à Cuba sans le pétrole russe et avec le blocus US , 91-98…où l’état pour ce coup a desserré les contraintes bureaucratiques tout en accompagnant les initiatives productives et non spoliatoires)

Redonner le pouvoir aux habitants c’est mieux si ceux ci l’ont en partie repris eux mêmes dans des luttes concrètes comme ce fut le cas de Saillans contre l’implantation de grandes surfaces

Co construire projets et décisions avec débats publics, commissions d’actions et de réflexion, assemblées générales des habitants (attention : menées par des animateurs.trices capables de faire produire, synthétiser, et de réguler les conflits pour les rendre productifs…etc) ce n’est pas de la tarte dans une tradition jacobine verticaliste et dans une économie capitaliste de géants en recherche de toutes les niches de profits pour ses “investisseurs” avançant à toute vitesse leurs tentacules pendant qu’on discute du jambon à la cantine…

Premier engagement rédhibitoire : l’élection sans candidat des têtes de listes, afin d’écarter les postulants (de la course à l’échalote) plus les RIC Communaux ou autres consultations (tirages au sort) si un grand nombre d’habitants, toujours précédés de débats


Second : oser mettre des moyens publics dans la filière alimentaire pour la souveraineté et une certaine autonomie alimentaire territoriale ou pour recomposer des ceinture vertes vivrières…

Nous sommes la nature prenant conscience d’elle même


Et ce faisant partout (c’est un peu tard mais là où c’est essayé les chaines du vivant se reforment) remettre la pensée éco-systémique au centre, avec le maximum de participation à la re création des zones humides au ré-ensauvagement à la campagne, et coins de ville, avec le max de fermes en permaculture, et la fermeture des fermes entreprises géantes, allant de pair avec l’éducation, la culture vivante locale de réconciliation des hommes avec la nature au moment où si cette conscience ne progresse pas plus vite la disparition peut être au bout de ce siècle..


Troisième : oser mettre en place des filières de production d’énergies primaires non carbonées en régie publique pour desserrer l’infinie dépendance massive au système de l’électricité (donc avec la menace nucléaire) et au pétrole-gaz (zéro émission de carbone 2035_40…trop tard ?)

Quatrième : sans le populaire “café de l’oignon” à Saillans ses débats rencontres et jeux la nouvelle donne municipale aurait-elle pu cristalliser un si grand nombre d’habitants ?

Il faut mettre en route des Maisons du peuple, soit à partir des salles des fêtes, soit en partie auto construite comme à Soleymieu par les habitants paille bois terre eau et pisé dans les zônes rurales (songeons aux cabanes des ronds points où s’échangèrent tant d’écrits d’idées…outre les fraternités ) où ils peuvent venir boire un coup, taper un carton, exposer poêmes ou tableaux, jouer des scénettes, voir une docu, se réunir sans demander l’autorisation, connaître les lieux de glanage, un coin cuisine et recettes, comment se faire un jardin collectif, ou autres projets de renaturation sauvage avec abeilles noires, comment participer efficacement aux délibérations sur le territoire ou contester Amazon, connaître ses droits, avoir une aide juridique, monter une scop, danser, échanger des livres et des docus sur clés USB, et plein d’animations enfants gratuites…etc)

Déjà avec ça ce sera un bon départ, voire l’objet de discussion

Le reste du programme est à monter avec les habitants

Ceci est bien entendu lié de près aux grandes transformations politiques nationales qu’espère le peuple qui s’est reconnu dans la révolte des gilets jaunes..
Au Chili en Algérie si l’on transpose à notre pays l’équivalent ce seraient des millions de français dans la rue pendant des mois…
Il le faut pour mettre au pas l’économie prédatrice et carbonée, la caste des hauts fonctionnaires qui vendent nos biens publics, ….puis pour engager la grande bifurcation

voire reprendre la propriété lucrative des grands moyens de production en propriété sociale afin de ne pas de trouver débordé par la régulation laquelle veut juste intimer au lion de se covertir végétarien !

un double (ou triple) et vaste mouvement local, national, global mouvement

Chacun renforçant l’autre

Et s’il venait à commencer le 5 décembre prochain ? (voir notre autre livraison)

http://www.nexus.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.