La FRANCE -dit autrement le gouvernement Macron-DOIT en FINIR avec l’HUILE de PALME

Partagez cet article..Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

C’est à dire exercer son autorité législative sur la multinationale française TOTAL…NDLR

« Dès sa nomination au Ministère de la Transition écologique et solidaire, les Amis de la Terre France
ont demandé à Nicolas Hulot d’intervenir pour bloquer l’autorisation d’exploitation de la raffinerie TOTAL de La Mède, et plus généralement de mettre un terme à l’utilisation d’huile de palme dans les carburants.
Lors de la présentation de son Plan Climat, le 6 juillet 2017, Nicolas Hulot a déclaré son intention de « fermer
une fenêtre qui donnait la possibilité d’incorporer de l’huile de palme dans les biocarburants » et à publier
« d’ici mars 2018 une stratégie nationale pour mettre fin à l’importation de produits forestiers ou agricoles importés contribuant à la déforestation– y compris le changement d’affectations des sols  indirect – contenant des propositions de nature réglementaires, fiscales, des engagements volontaires, des bonnes pratiques et des modifications de la commande publique ».

Cette annonce a immédiatement provoqué la réaction des lobby pro-huile de palme et depuis, plusieurs signaux font craindre que le gouvernement fasse machine arrière : rejet des amendements permettant  de mettre un terme à l’utilisation d’huile de palme comme carburant dans le projet de loi sur les hydrocarbures et glissement vers l’idée que si l’huile de palme était « certifiée », il n’y aurait pas de problème. Une proposition inacceptable car elle n’est pas efficace contre la déforestation, et contraire à l’engagement de prendre en compte le « changement d’affectations des sols indirect ».

Si la France souhaite vraiment en finir avec l’utilisation d’huile de palme dans les carburants, elle doit
porter une voix forte au Conseil EUROPÉEN des ministres de l’énergie pour modifier la directive sur les énergies
renouvelables et intégrer la prise en compte d’un facteur « changement d’affectation des sols indirect ».

C’est un pas indispensable pour exclure l’huile de palme des carburants.

LES AMIS DE LA TERRE ET LA RAINFOREST FOUNDATION NORWAY DEMANDENT :

-d’abaisser, au plus tard en 2030, à 0 % le seuil d’incorporation de biocarburant de première génération;
-d’empêcher, de façon immédiate, l’utilisation d’huile de palme et de ses dérivés comme
biocarburant (y compris sous forme d’huile hydrotraitée, aussi lorsque celle-ci est à base de PFAD).
-de ne pas délivrer d’autorisation d’exploitation à Total pour sa bioraffinerie de La Mède,
-et de soutenir les acteurs locaux pour construire un projet plus juste et plus durable de reconversion de la vieille
Raffinerie Total dans le cadre d’un contrat de transition sur l’ensemble du bassin d’emploi de l’étang de Berre »

Partagez cet article..Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *