Bonne année ?

Partagez cet article..Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

NOUVEL AN et AVERTISSEMENTS

Peut être trouverez vous dans cette livraison un peu de grains à moudre pour nourrir vos questionnements au moment des bilans de veille du nouvel an ? N’hésitez pas à canarder sur : contact@la-cen.org !

Merci et bonne année !

……………………………………………………………………………

Vous prendrez bien un peu de caviar Béluga pour fêter la nouvelle année ?

Du CAVIAR ?

A 15 000 € le kg d’oeufs d’esturgeons Béluga du delta de la Volga (Arte ce 27 déc) celà fait tout de même 1500 €  les 100 gr..Les riches en prendront 100 gr à 1500 € avant de passer aux choses plus sérieuses …Béluga, signe des temps nouveaux : l’effondrement de la « ressource » naturelle, a été suivi de l’interdiction de pêcher, ruinant les petits et de la montée en force des élevages enrichissant les déjà riches notamment en Chine ! Du coup, le Béluga apprivoisé c’est à 10 000 € seulement. On a même du français à 1000 €…

Des INEGALITES qui se MULTIPLIENT  en MEME TEMPS qu’EXPLOSENT  les FORTUNES

Et voilà qu’on apprend 100 ans après la révolution d’ «  Octobre 1917 » que la Russie (ex soviétique depuis 1991) a le triste privilège de faire aussi « bien » (sic)  en matière d’inégalités que les USA où les inégalités ont le plus progressées en 35 ans !!!

Ainsi entre 80 et 2016, le nombre de milliardaires russes a explosé, et au niveau de la planète, les 1% les plus fortunés de la planète ont capté 27% des richesses mondiales et les 3,5 milliards les plus pauvres se partageant juste 12% ce qui fait peu par personne, peu pour changer de moyen de chauffe ou d’alimentation…

“Comment les riches détruisent la planète” voyait plutôt l’inégalité comme facteur clé du saccage du monde, les classes moyennes imitant les supérieures, et les classes populaires s’identifiant aux mode de vie des classes moyennes.

Si nous disons « nous » l’on aperçoit la masse des consommateurs et donc une responsabilité partagée diluée éclatée bref « nous » attribue la causalité en indivision C’est du «  tous coupables » du coup tous doivent faire leur part…Pourquoi pas !

Cependant l’on peut concéder que certains sont plus coupables que d’autres : les plus riches ont une empreinte écologique sans commune mesure avec ceux n’ayant pas les moyens d’acheter et qui rament pour des miettes….ou vendent leur sang pour 60 $ chaque semaine aux USA comme nous l’a fait voir le documentaire d’Arte “Le business du sang », le 21 février 2017 (et tant d’autres !)

Des FORTUNES car des PROPRIETES PRIVES des MOYENS de FAIRE FORTUNE

Mais si nous nous disions  que ces fortunés à milliards (et à millions) sont les propriétaires des moyens de production dont ceux des énergies fossiles, nous comprenons mieux comment ils ont pu accroître de façon quasi exponentielle leurs fortunes personnelles au point que “les 8 les plus riches possèdent ensemble un patrimoine équivalent, en valeur monétaire,  aux maigres avoirs détenus par la moitié la plus pauvre de l’humanité, soit 3,5 milliards d’êtres humains («  Les prédateurs au pouvoir » Pinçon et Charlot) . Chiffres clés de cette accélération : Il y en avait 388 en 2010, 85 en 2014, 65 en 2015, et plus que 8 en 2016, à concentrer entre leurs mains plus que 3,5 milliards d’autres personnes…

Un EXEMPLE CONCRET de notre MODE de PRODUCTION

Trois nouvelles usines géantes liquéfiant du gaz naturel ont été construites dans l’Arctique russe,  péninsule du Yamal, pratiquement déserte, à 600 kilomètres au nord du cercle polaire (!).

30 000 travailleurs se sont affairés à ce projet colossal dans le froid glacial de Sabetta, (jusqu’à moins 50 degrés) dont le sol contient 22 % de toutes les réserves de gaz naturel au monde. Un aéroport a été construit, l’un des plus fréquentés de Russie. Financées par la multinationale pétrolière française Total et par les entreprises Novatek de Russie et CNPC de Chine ces trois usines de liquéfaction de gaz à 27 milliards de $ (!!!) ont été fabriqués par 55 000 travailleurs en Asie pour une partie importante de la construction (172 modules)  ..200 puits sont forés, pour 3 trains de liquéfaction pour produire au total 16,5 millions de tonnes annuels soit 15% du gaz fossile mondial soit en gros 50 millions de tonnes de GES en plus par an bloquant là haut l’évasion de la chaleur de la terre, et ce, à un moment crucial où ce gaz devrait demeurer en paix sous terre !pour sauvegarder la vie sur cette terre…Qui peut s’acheter ainsi le travail d’autrui et l’avenir du monde ?

DEUX ANS APRES L’ACCORD DE PARIS pour DEMEURER sous les 1,5 d° (en réalité 2 d°) les milliardaires français, russes, chinois, américains, propriétaires (du moins d’une fraction importante) des multinationales des fossiles sont donc décideurs dans le mode de production et de consommation capitaliste (avant on disait libéral) Ici ils investissent ensemble causant directement l’essentiel du réchauffement : 90 multinationales seulement ont fait  les 3/4 des milliards de tonnes de C02, ce système carburant aux 3/4 de sa croissance aux énergies de stock fossiles, le miracle des 30 glorieuses c’est le pétrole pas cher…

Ce système est en train d’anéantir le projet de la vie sur cette planète : tous les indicateurs signalent la disparition accélérée des espèces, les annonces du chiffre de 80% soit 400 millions d’oiseaux disparus d’Europe ces 30 dernières années s’ajoutent à l’alarme des 15000 chercheurs qui ne voyant pas cette économie à l’oeuvre manquent un peu de solutions.

C’est donc bien le mode de production capitaliste (production de masse pour profits privés) qui détermine le mode de consommation (de masse) et le style comportemental humain (s’éclater dans la compétition, la consommation, l’égoïsme, l’indifférence…)

Il est climaticide et écocidaire. Divers livres et documentaires font états des réactions des élites mondiales devant cette situation dont ils sont conscients : ils estiment dans des échanges « internes » pouvoir s’en tirer au pire aux pôles !!!)

SITUATIONS :  TOUT (ou presque) pour les ENERGIES FOSSILES TOUT en SACHANT que

-Nous avons (ou les multinationales ont)  “déjà  brûlé AVANT 2010 un tiers  de “notre budget carbone” pour la période 2000-2050 »  (extrait de « ZERO FOSSILE » Edit : les petits matins, citant des études US)

Et de rappeler qu’il y a 125 000 ans avec + 2 d°le niveau des océans s’était élevé de 6 mètres !

-après 20 ans de négociations sur le climat de COP en COP le constat est net : les émissions ont augmenté de 60% !!!

-la valeur boursière des 200 premières compagnies d’énergies fossiles (climati-et éco-cidaires) est de 4 000 milliards de $ !!!

-que Trump n’est pas un fou isolé sans quoi il n’aurait pas été élu, dont par les délaissés de la mondialisation abusés par les médias milliardaires, mais il exprime, et est porté, par les intérêts vitaux de ses industriels et banquiers dominants sur son nationalisme capitaliste « l’AMERIQUE d’ABORD » (avec relances du pipe line du nord, de l’extraction de charbon et gaz de schistes …) : les banquiers de  G Sachs sont aux commandes, Gary Cohn ex PDG est directeur du Conseil économique national. Steven Mnuchin est secrétaire au Trésor. C’est l’ancien avocat de la banque qui dirige la haute autorité des marchés financiers, c’est Rex Tillerson ex PDG d’EXXON Mobil qui est ministre des affaires étrangères, signal du négationnisme climatique  et le comble le Ministre de l’environnement est un ex lobbyiste financé par Ford et Philip Morris…Une vraie ploutocratie directement des affaires au pouvoir politique de la 1ère puissance et dont les multinationales en font la seconde pollueuse du monde !

-que les INVESTISSEMENTS  dans les COMBUSTIBLES FOSSILES  CONTINUENT D’ÊTRE VALORISES COMME  DES PLACEMENTS SÛRS ET PEU SPÉCULATIFS

-que les SUBVENTIONS PUBLIQUES,  directes et indirectes, versées aux compagnies fossiles (exonérations d’impôts, détaxes,..) ce sont 775 milliards de $ !!! Sans les états le Capital n’aurait pas connu une telle croissance, donc ils méritent bien d’être qualifiés d’auxiliaires du Capital voire d’élément clé du système même s’ils ne se réduisent pas en totalité à cette fonction : ils régulent aussi les conflits sociaux redistribuent et assurent des fonctions régaliennes indispensables

-que sans les états le capitalisme (dont ses banques naufragées en 2008, ont été sauvées en 2009 à coup de milliers de milliards de dollars) serait effondré vu la crise structurelle de son taux de profitabilité, l’ayant poussé à la finance spéculative pour survivre, entrainant les sociétés humaines et la nature dans la catastrophe !

-que le FMI lui-même (!!!!) estime que l’INDUSTRIE FOSSILE RECOIT l’EQUIVALENT DE  5 340 milliards de $ d’aides CHAQUE ANNÉE, si l’on tient compte des “externalités négatives » (pollutions, destructions de l’environnement, de la santé, de la biodiversité…),

Soit en une heure : 600 millions de $ ! 15 milliards par journée !!!!

—que l’état français dans son gouvernement ni droite ni gauche accueille 12 millionnaires dont la ministre la plus riche est celle du travail, Muriel Pénicaud, avec 7,5 millions d’euros, mais aux 671 infractions au Code du travail de juillet 2016 à mai 2017 dans l’entreprise Business France qu’elle a dirigée de janvier 2015 à mai 2017 et aussi un Ministre de la transition millionnaire possédant 9 véhicules à moteur…

-que, entre 80 et 2016, les 1% les plus fortunés de la planète ont capté, 27% des richesses mondiales (facile ils sont propriétaires des moyens de production dont énergies fossiles) et les 3,5 milliards les plus pauvres juste 12% ce qui fait peu par personne, peu pour changer de moyen de chauffe ou d’alimentation…700 millions sortis de l’extrème pauvreté mais encore très pauvres…

-les pays du G20 (les + riches) dépensent ch année 88 milliards de $ pour explorer de nouveaux gisements !!! (le Vénézuela lui, plus pour soutenir son industrie du pétrole que sa santé publique)

-que les multinationales sachant les risques de leurs investissements (on a des trace de couurriers internes les montrant d’un cynisme total comme les dirigeant de Monsanto pour les PCB ou le Reundop, ou les OGM) ont tout fait via leur immense argent pour acheter les médias voire financer des mensonges climatosceptiques les négationnismes aux effets encore plus destructeurs que les autres

-que la notion de crime climatique commence d’être opérante référée à l’auteur principal le Capitalisme et à sa course à l’accumulation par Jorion, Gadrey, Naomi Klein etc etc etc, comme le site de la CEN depuis 10 ans…

Ces chiffres solidement étayés donnent le tournis : en clair, si « on »  stoppait les subventions aux énergies fossiles l’on pourrait financer la justice climatique et les transitions énergétiques !!!

QUE FAIRE :  DESINVESTIR les INDUSTRIES des FOSSILES !!!

Nous société civile pouvons nous, par nos mobilisations, changer la donne  vu la connivence des états continuant les subventions  ou en encourageant leurs sociétés à investir (cf Total dans les 3 usines géantes ou mieux en protégeant par leurs armes les sources (comme la France au Mali au Niger, protège ses sources d’Uranium)

80 à 100% des fossiles doivent rester dans le sol d’ici la fin du siècle disent les gouvernements certainement beaucoup plus tôt juste pour atténuer les catastrophes en cours !!!

Il faut donc que les états impose aux banques aux compagnies de n’y plus toucher donc de ne plus toucher les dividendes donc de s’effondrer ?

Si « on » imposait aux états de les stopper

Si les états n’étaient pas les antichambres des multinationales…

Si …la société française prenait le pouvoir sur l’état,

si l’Europe ne dictait pas à l’état français 80% de ses lois et règles…

si la noblesse d’état des hauts fonctionnaires ne travaillaient pas pour leurs maîtres en pantouflant du public au privé et du privé au public

si on changeait les règles du jeu politique par une nouvelle Constitution qui ferait de la société civile devenue maîtresse la seule faiseuse des lois

oui mais et le pouvoir des 9 milliardaires français sur 95% de l’info dont TV publique vue que leur pub la finance

si les élus locaux une fois élus sauf minorité active n’avaient pas en tête les grandes croyances au progrès, à la croissance, aux investissements commerciaux, à l’emploi, aux partenariats public/privé au mépris de la nature pourvu que se montrent l’argent des grandes surfaces et de grands projets (inutiles) et que meurent à la fois les périphéries vertes et les centres ville qu’il prétendront ensuite vouloir réhabiliter …

-Si on imposait à nos banques de ne plus INVESTIR les fossiles en allant vers la finance responsable ? …Notamment en stigmatisant publiquement les banques investissant dans les fossiles (comme contre le Crédit Agricole et les centrales à charbon en Turquie ? (amis de la Terre : financeresponsable.org)

SORTIR de notre DEPENDANCE à la MEGA MACHINE ?

Le système globalisé nous enserrent dans une interdépendance  où chaque élément devient d’importance vitale pour l’ensemble,

Notre monde est en effet d’une grande fragilité

Nous dépendons pour notre alimentation de longues chaînes d’approvisionnement via les achats d’aliments aux 4 coins du monde de plus en plus toxiques transformés par les géants de l’agro alimentaires et mis en vente par le grand commerce …Nos régions ne sont pas en autosuffisance pour nourrir leurs populations….L’ internationali-sation pour maximaliser les profits fonctionne en flux tendus, d’où des stocks de sécurité terriblement bas et non à même de faire face à une pénurie (jadis 6 mois, désormais 15 jours pour les céréales et autres produits de base)

Les réseaux  de transports passagers et marchandises, d’approvisionnement en électricité, gasoil, de maintien de la  chaîne du froid, d’Internet (15% de la consommation mondiale d’électricité) sont d’une interdépendance et d’une complexité inouïe…

Qu’un élément viennent à s’effondrer et toute la trame peut être gravement et durablement perturbée. …

Un tremblement de terre, tsunami, des ouragans à répétition, des inondations, sècheresses prolongées, incendies impossible à contrôler, de plus en plus fréquentes combiné à des ruptures d’électricité (cf Californie) ou des épidémies (rendues plus graves et massives du fait du réchauffement et de la destruction par les guerres des infrastructures) à des attaques terroristes sur des sites sensibles (eau, nucléaire, production de lait par exemple infecté par une toxine botulique) et d’un coup rien ne fonctionne plus , et en bout de chaîne c’est la pénurie (cf notre Cen expression par l’écriture lors de la fête de quartier au grand Charran à Valence : “si la crue millénale du Rhône venait à interrompre la noria de camions alimentant Valence à 95% de son alimentation et ce, en plein hiver, que pourrions nous faire f ?”)

Au bout, il y a nous, en ville, dépendant des transports, des énergies fossiles, des services publics de moins en moins présents, de l’électricité, du chauffage urbain, des ascenseurs, et de l’approvisionnement des grandes surfaces …mais aussi de la finance !

 

Les TEMPETES

On a vu lors d’une inondation en Thaïlande en  2011 , l’effondrement de la production de riz comme de disques durs de 28%  ce qui a fait famber les prix…Or les chaînes tendues d’approvisionnements ne laissent pas de place à des évènements catastrophiques, comme l’éruption du  volcan  islandais en 2010 qui a perturbé pendant 6 jours les transports aériens affectant tout le commerce mondial !!!

La FINANCE PRIVEE

C’est elle qui tient tout ça avec des millions d’ordinateurs interconnectés pour les transactions de blé comme d’argent (trading à haute fréquence) à la vitesse de la lumière, le tout reposant sur la solidité financières de banques privées qui ne se privent pas de spéculer avec de nouveaux produits financiers et dérivés de crédits à risque dont les volumes ont littéralement explosés, créant une bulle représentant 100 fois la valeur de l’économie réelle. Elle est prête à exploser si une banque, un fournisseur importants,  font faillite. On a vu en 2008 que les lignes de crédit manquantes avaient provoqué un effondrement du commerce mondial.

la PROCHAINE CRISE FINANCIERE

Ils le disent tous, nos amis économistes, 2018 sera très probablement le théâtre d’une crise financière bien pire que 2008 ce qui n’arrangerait en rien notre rassemblement ou nos convergences, nos luttes et alternatives pour la grande bifurcation systémique qui nous ferait affronter les turbulence en gens efficients civilisés et solidaires dans la satisfaction des besoins essentiels en priorité pour et avec les moins riches, au global (national) comme au local (municipales 2020)

QUITTER le SYSTEME ?

La société civile est  indépendante des partis (?) de l’état (?) des systèmes marchands (?) mais divisée. Il y existe de belles et bonnes alternatives mais séparées les unes des autres voire concurrentes. S’y explorent des tas de champs du possible pour faire face aux effondrements…
Pour ce faire y a t il encore du mouvement que l’ampleur de la tâche et la peur  ne paralysent ?

L’on peut ainsi gagner des batailles ponctuelles et symboliques mais en réalité perdre la guerre si on ne se mobilise pas en coalitions mouvements contre les industries, les banques, les grandes surfaces…comme cherchent à le faire les plus jeunes et ONG de la Coalition climat ou d’Alternatiba etc

Contre et en même temps pour construire les grandes bifurcations systémiques donc les grands mouvements appuyés sur les petits y compris surtout pour enfin commencer à SORTIR du MODE de PRODUCTION (du productivisme, de l’extractivisme, du gigantisme…) par la nationalisation mais décentralisée et co gérée par la propriété coopérative et réseaux de scop, retour à l’artisanat, SCIC, petite agriculture paysanne, , affirmation de communs) et pas seulement de consommation plus sobres…

Si on ne réussit pas la convergence entre les forces qui inventent des  économies résilientes, des démocraties directes, des cultures critiques , des modes de pensée hors système et même des spiritualités sans Dieu, des colibrismes individuels, et même des huloteries, égoteries et autres…l’on risque d’être pris de vitesse …

Il ya eu les Villages Alternatiba (réunir les alternatives) avant il y a eu Lézan convergences pour les transitions et les alternatives…Superbe action au sommet des pétroliers à Pau pour le retournement de « l’opinion publique » et camp climat d’été…

Nonobstant l’exemple tragique ci dessus des majors du pétrole unies pour pressurer les m3 de gaz sous le permafrost il y a des organisations qui attaquent le rôle des investisseurs en vue de les ruiner …En confèrent les débuts de reculs des investissements grâce aux mouvements d’ONG associations coalitions  pour  contraindre « moralement » les sociétés actrices des systèmes de production des énergies carbonées à se « désinvestir «

Celà met à mal l’idée qu’il suffirait en tant que consommateurs de “faire sa part”, de se désinvestir individuellement des fossiles dans sa vie quotidienne pour infléchir la courbe ou faire reculer les multinationales, l’état, le grand commerces, le libre échange, la mondialisation, l’industrie culturelle..

Celà met à mal la vision positiviste que le système est largement en train de changer de lui même vu que les éoliennes et panneaux deviennent rentables et qu’ainsi nous irions vers un meilleur monde, sachant que l’investissement va aux retours sur investissement les plus juteux…

IMPOSSIBLE SUBSTITUTION par les RENOUVELABLES

Or toutes les études montrent l’impossibilité des renouvelables à fournir la puissance que consomme (gaspille) le système, l’impossibilité des réserves en métaux rares bientôt épuisés à fournir les matériaux !

D’où l’idée de descente civilisée en sobriété, en convainquant tout le monde mais aussi en prenant des politiques publiques nationales et locales prioritairement  du côté des plus riches, les plus gaspilleurs et pollueurs, et ça n’est pas possible sans développer un rapport de force, non violent, justement par la démocratie du grand nombre !

Très difficile cependant de ne pas rouler au pétrole, bien qu’existent des voitures au gaz fossiles 30 fois moins polluantes, simples, très économiques, réparables, comme les Dacia, qui pourraient rouler au biogaz méthane si les méthaniseurs se développaient en régies publiques communales ou de quartier des méthaniseurs surtout pour assurer en priorité chauffage collectif, gaz de cuisine et  transports publics…car l’on ne produira par ce mode réellement soutenable et peu gourmand en métaux rares ou en voie d’épuisement, qu’une petite part d’énergie, jamais la gabegie actuelle produite par un système de croissance illimité

ENCORE la BATAILLE CULTURELLE

Un rapport de force change quand  bougent les consciences en majorité et qu’elles se mettent à vouloir un autre mode de production/consommation/culture (conquête de l’hégémonie), quand se développent des mouvements généraux et au local  pour la démocratie directe horizontale afin de bifurquer  du système représentatif et de recouvrer la souveraineté, quand dans le sein du vieux système s’engagent localement et nationalement de nouvelles formes et façons de produire, commercer, consommer via une économie endogène, résiliente, écologique, conviviale…dont une part via des régies publiques et des réseaux de coopératives coordonnées en direction d’une bifurcation systémique, visant le recouvrement de la souveraineté nationale sur la monnaie, sur les échanges, mais aussi en même temps le recouvrement des autonomies locales reliées par la démocratie fédérative, la réduction de l’empreinte écologique collective d’au moins un tiers, en même temps que réduire l’inégalité sociale par des services et biens communs, mais aussi …toutes propositions existantes dans les gauches non libérales ou insoumises ou décroissantes osant sortir des multinationales, de la mondialisation, des traités, de l’Europe, du libre échange…

Bonne année

 

Partagez cet article..Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *