Après Irma l’ouragan dévastateur dans les Antilles française : «Toutes les conditions sont réunies pour une hécatombe en Haïti»

COMMENTAIRE

(article Haïti plus bas)

A peine Irma a-t-il quitté Saint Barthélémy et Saint Martin dévastés à 90% sauf que les vies humaines dévastées ne se réparent pas …
L’Etat français s’étant grandement  amaigri, l’on va voir que ce sera long la reconstruction et l’on va saisir en bref pourquoi.
Pour les pauvres c’est donc le très sale temps et pour Haïti c’est la triple peine après la destruction de Port au Prince par le tremblement de terre, encore beaucoup de ruines, sur lesquelles l’ouragan Matthews, a rajouté des centaines de morts en 2016, et maintenant Irma lui arrive sur le Nord

(Haïti, c’est l’île des esclaves qui se sont libérés eux mêmes aux débuts du 19è siècle et à qui Napoléon imposa une pénalité annuelle en or qui a perduré des dizaines d’années contribuant à maintenir la pauvreté)

Sale temps pour ceux qui n’habitent pas dans le béton, mais le bois et la tôle, surtout que la tôle ça vole et vous coupe si vous mettez le nez dehors.

Sale temps pour les populations qui voient fondre les moyens de l’état providence dont les moyens de secours en protection civile, en hélicos, en pompiers, en électriciens, en moyens de santé et chirurgie, en générateurs d’eau potable, …et en moyens de re construction en dur…

L’état providence s’est amaigri ici ou est demeuré tout maîgre là bas sous l’empire des riches qui le squattent pour leur service (pantouflages et cie), qui le privent de revenus en échappant à l’impôt (notre livraison, non pas 90 milliards d’évasion fiscale mais bien plus !)  qui ont tout fait pour que soit abandonnée la souveraineté politique au profit de l’Europe, abandonnée aussi la souveraineté monétaire avec pour effet une dette de 2200 milliards auprès des banques privées !!!
Du coup, voici l’austérité faite d’ajustements structurels dont les privatisations mais aussi la pression pour le moins possible de droits  aux salariés et donc la loi travail XXL
Tout se tient !
Les riches par la violence ou en achetant les consciences, en imbécilisant les gens par la TV et la pub, ont gagné la lutte des classes. Ils ont réussi à imposer leur mode de production et d’énergie fossile, de gigantisme industriel, de productivisme à tout va, le tout  saturant l’atmosphère de C02, donc produisant le réchauffement qui rend de plus en plus fréquents et de plus en plus violents les cyclones tempêtes sècheresses et précipitations…Les riches externalisant sur la nature les polluants de leurs moyens de production  (leurs actions à Youkoss ou Total : 2/3 du C02 produit par 90 multinationales, en tête pétrole, ciment)  ont largement détruit notre biotope et celui de toutes les espèces. Leur consumérisme effréné, rajoute à l’addition déjà salée mais qui  sera catastrophique si nous n’imposons pas en nous levant en masse, la fin de ce système criminel.
Combien de tonnes de C02 un yacht de 2000 CV traversant la Méditérannée, comparé à la vieille voiture d’un salarié résidant loin de son emploi parce que le loyer est moins cher ?

Les services publics gratuits et la sécu ainsi que tous les autres biens publics et les biens communs (l’eau le climat la forêt la biodiversité la solidarité la démocratie directe…) sont l’assurance vie minimale du peuple.

Nous commençons ici même à l’éprouver car en plein réchauffement les épisodes méditerranéens sur les Cévennes ou les tempêtes venues du golfe de Gascogne s’intensifient, les nappes phréatiques entrent en zones rouges,  les récoltes sont impactées par les sècheresses prolongées (pas de châtaignes en Toscane après 3 années sèches) ou l’inverse,  des pluies intenses noyant les  semis , quant à la disparitions des espèces elle s’accélère et les terres arables sont bétonnées par les grandes surfaces, zones industrielles ou lotissements à raison d’un département tous les 6 ans !

Voici pour quoi il faut se bouger pour garder et convertir au bio les terres arables périphériques, les services, remonter la sécu à 100%, réduire la puissance des banques et multinationales, dont grandes surfaces,se préparer localement en changeant la gouvernance (en passant à la démocratie directe territoriale) les modes de productions (mettre le paquet sur les régies publiques municipales ou territoriales alimentaires, énergétiques, les maisons médicales, les mode de production économes en eau (stopper l’agriculture industrielle chimique et hyper mécanisée pour le retour vers le futur : agroforesterie, ceintures vertes vivrières, petites exploitations polyvalentes et coopératives, cantines 100% bio local direct, compostage de surface, permaculture…) et si un grand mouvement national le veut, reprendre en main nationalement nos souveraineté politique (quitter l’Europe tout en coopérant) monétaires alimentaire …

Voir sur ce site le café des biens communs : sauvegarder l’eau du lac d’Aiguebelette, s’inspirer de Saillans pour les élections de 2020, réfléchir et agir dans le sens d’une perma-économie locale vivrière, endogène, résiliente….contrôlée par les habitants…

AD

http://www.lefigaro.fr/international/2017/09/07/01003-20170907ARTFIG00302-irma-toutes-les-conditions-sont-reunies-pour-une-hecatombe-en-haiti.php

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.