Le CRI des CHERCHEURS (qui fait plouf !) Et la QUESTION : où est PASSE mon FUTUR ? (qui fait mal)

NOIR c’est NOIR

il y a encore de l’espoir

(voir aussi joyeux noël)

Mots clés

écologie politique
trahison des élites
capitalisme vert
industrie culturelle
Jhonny
destruction de la vie
convergences
grande bifurcation

“Pourquoi les français montrent-ils tant d’indifférence envers la nature ” interroge Valérie Chansigaud ( “Les Français et la nature”) question reprise  par JL Porquet dans un article paru dans le Canard Enchaîné du 6 décembre (rubrique et Canard qu’on recommande ici comme la douzaine d’autres titres de la presse qui s’achète pour ne pas être vendue, l’autre 95% étant propriété de 9 milliardaires….)

C’est à la suite à l’appel de 15 364 scientifiques du monde entier du 13 novembre  dernier, “il faut freiner d’urgence la destruction de l’environnement”  (appel sur ce site de la Cen)

JL Porquet répond : coups médiatiques de nos présidents successifs suivis de..presque rien, rappelle le règne de la FNSEA, que des écologistes ont été tués en France, que nombre d’ouvrages y ont dénoncé les écologistes…

Peut être aussi que l’écologie occidentale, notamment française ,est dominée par les valeurs profondes inhérentes aux classes sociales moyennes qui la supportent .
L'”inconscient social” (concept de la sociologie critique) de celles-ci est habité plus par la recherche du bien être (environnemental) et de la promotion individuels (dans le système) que par la promotion collective et la véritable conscience écologique qui a compris qu’on ne sépare pas d’un côté “l’environnement” (extérieur), de “l’Homme” (soustrait de la société de production de masse), que la menace sur l’un menace aussi entièrement l’autre, parce que l’unité sociétés humaines/nature est consubstantielle à l’équilibre du vivant installé depuis 4 milliards d’années sur une unique planète où la complexification a trouvé ses conditions favorables, où l’équilibre est broyé par le système de l’accumulation du Capital…au point que la disparition de la nature (réchauffement+empoisonnements) signifie la disparition de l'”Homme”, c’est à dire des sociétés humaines …

C’est assez manifeste  parmi les élus de la mouvance de l’écologie politique laquelle se concentre plus sur elle même et son environnementalisme, sur l’économie circulaire et son capitalisme vert (“notre économie”), sur l’alliance avec le PS et le jeu des partis, sur l’Europe libéraliste et son Assemblée non délibérative, sur la transition écologique sans transition économique, …..que sur la destruction de la société et de la nature partout ou s’accumulent le profit

A l’attention des électeurs, elle propage  l’illusion politique libérale, qu’avec le système représentatif et délégatif l’on pourra réguler les excès de “notre” économie, etcette illusion profite à ceux celles qui se sont insérés dans la place, une bonne place pour être bien servi soi même même si l’on n’y sert guère  la sortie du système éco et socio-cidaire : on l’a vu avec la course aux maroquins et l’alliance au sommet avec le PS. (l’ex PS)

Rares sont les remises en cause du système comme à la fois ravageur de la nature et des humains!

Leur figure emblématique et médiatique et clé de voûte de cette trahison  c’est “Cohn Bendit”, le libéral libertaire environnementaliste (relire “Cohn Bendit l’imposture ” par P.Ariès et Fl.Leray (Max Milo Editions)) et c’est par sa médiation que s’organise la montée de gardes moutons du système.

Rien d’étonnant, leurs propositions n’entament pas la puissance capitaliste faite de  propriété privée par les actionnaires des entreprises, des banques, du grand commerce, des valeurs mobilières (actions, obligations), du patrimoine immobilier, de l’énergie fossile première source de C02, des médias, de l’industrie culturelle

Derrière l’hommage au talent et spectacles à  corps perdu de notre monument national dont les chansons quelques unes bien belles, ont été comme une chronologie  musicale de deux générations, l’ on peut soulever la question de l’industrie culturelle qui a lancé et soutenu cette culture là à coup de millions et pas d’autres, et donc influé pour une part sur nos imaginaires, plutôt dans le conformisme et l’individualisme en rien contestatoire.   “Notre” Johnny  a  droit à des funérailles envisagées un temps nationales (!!!)   pour ce “héros” selon l’expression d’E Macron,  (encore un premier de cordée ?) devenues “hommage populaire” mais aussi politique puisque le président prendra la parole dans l’Eglise de la Madeleine, ce qui fait désordre au pays de la laïcité, mais aussi concernant la fraude fiscale massive du citoyen un modèle bien inspiré du système (1)

Ce système structurellement mafieux ce n’est pas seulement l’évasion et la fraude fiscale (réservez votre soirée pour la Théma d’ARTE de ce mardi  12 décembre “Les gangsters de la finance”) mais l’enrichissement des plus riches, l’appauvrissement des plus pauvres, la croissance infinie, la concentration de richesses hallucinantes,  la course à l’extraction des profits, notamment par la spéculation, l’accumulation insensée, le pillage des ressources naturelles, notamment les énergies fossiles, l’extension urbaine, la militarisation : en 2010, 388 multimilliardaires possédaient autant que les avoirs de 3,5 milliards des plus pauvres.Ils ne sont plus que 8 en 2016 !!!!

Ce sont “les 8 premiers de cordée”sur le dos de la planète et des peuples

Ils tirent les autres (les “fainéants, les assistés les illettrés”)  et font “ruisseler” leur argent (théorie du ruissèlement chère aux économistes libéraux et à un des leurs,  le président français)  comme on le voit dans une actualité brûlante (des incendies géants à Los Angelès jusqu’aux 33 000 noyés en Méditerranée).
L’écologie politique ne s’est pas attelée aux causes et à la cause des causes des plus violentes crises en marche dont le nouveau crash financier à venir, l’emballement du réchauffement climatique, la croissance de toutes les misères, les réfugiés par dizaines de millions, et par chez nous 9 millions de pauvres dont des dizaines de milliers dont des enfants ! dorment dans nos rues l’hiver..2000 meurent chaque année de l’indifférence du peuple au sens souverain législateur et de l’apathie des politiques, malgré de multiples aides séparées les unes des autres, mais sans manifestations d’une volonté politique globale de mettre durablement fin à l’humiliation quotidienne des plus fragiles : au contraire, on voit croître  la chasse aux pauvres, alors que 5 millions de mètres carrés de bureau sont vides depuis des années en périphérie et à Paris !!!!

Les écolos naïfs (“Ne soyons pas des écologistes benêts” Aurélien Bernier) mettent aussi l’accent sur les initiatives développées localement (“transitions” ) mais sans volonté de conquérir le pouvoir local, via la démocratie directe horizontale, on se cramponne à l’électivité, mais sans vision du paysage global, sans nommer  l’adversaire, sans remettre  en cause la destruction du monde par les gouvernements alliés des multinationales ni se battre contre cette causalité systémique, ni se rassembler aux plans national et local, ni faire mouvement massif pour stopper les énergies fossiles donc leurs actionnaires, pour ralentir, atténuer les effondrements notamment par des moyens de justice climatique pour et avec le sud première victime, sans éponger seulement les dégats mais en effort pour sortir de l’économie casino…..

Soulignons cependant que lorsque la société civile met en circulation des savoirs et montent des alternatives, développe du pouvoir d’agir, celà pourra servir lors d’effondrement. Un peu comme les souris sont sorties de leur trou après la disparition des dynosaures. Sauf que ce n’est qu’une petite partie et la plus riche de l’humanité qui risque d’en profiter si le kahos a balayé les plus faibles !!!

Donc il faut s’organiser de manière non séparée, solidairement en convergences coalitions mouvements massifs (comme les jeunes Alternatiba, Coalition climat, insoumis, et autres…) pour la grande bifurcation du mode de production et de la culture

Ainsi l’on ne risque pas d’alimenter le sentiment d’impuissance..

car les transitions isolées les unes des autres,  un toit photovoltaïque, un jardin partagé, une gratiféria, une ressourcerie, une maison empaillée ou des jardins en buttes-lasagnes…alimentent certes des résistances individuelles et de groupes mais aussi de la bonne conscience pour les acteurs et un tantinet de scepticisme pour d’autres…

“Nous devons à la fois …être lucide sur la catastrophe à venir et à la fois créer le monde de demain (mais pas celui que nous présente Cyril Dion, désolé Cyril mais j’ai vraiment du mal avec ton film beaucoup trop positiviste, consensuel et annihilant toute envie de résistance) pour diminuer l’ampleur de la catastrophe et retrouver le chemin de la simplicité, de la solidarité et des relations étroites et équilibrées avec la nature” écrit le Collectif “Le Partage”

 

André Duny

(1) http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/johnny-hallyday-perd-son-proces-contre-le-fisc-1098791.html

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.